Bienvenue sur Plaisance et Plaisanciers

Vieux bassin à Honfleur
CROISIERE 2004 SUR LA COTE FLEURIE EN NORMANDIE
Pour lancer l'affichage, cliquer sur les photos
Le midi devant l'écluse de Méricourt 04 Août : nous partons vers 09h00, ma sœur, mon neveu Laurent et ma femme. Cette année, nous retournons en eau salée en espérant que le temps sera avec nous. J’espère être au port de plaisance de Venable ce soir. Il fait beau et il n’y a pas de vent. C’est parfait pour ce début de vacances. Nous arrivons en vue de l’écluse de Méricourt pour le déjeuner vers 12h30. Après le repas nous passons l’écluse. Le soleil brille toujours. La Seine défile lentement sous mon étrave. Le voyage est agréable, agrémenté du croisement de quelques péniches qui travaillent. Le ciel devient gris. En passant devant les Andelys, j’aperçois beaucoup de bateaux de plaisance amarrés un peu partout. De belles unités qui ne peuvent pas entrer dans le port de plaisance car il n’y a pas suffisamment d’eau. Seulement 90 centimètres à l’entrée. Nous voici enfin en vue du port de Venable. C’est la première fois que je viens. L’accueil est chaleureux et on nous aide à accoster. Il y a l’eau et l’électricité, mais pas les douches. Nous sommes au calme et c’est le principal, juste avec le chant des oiseaux comme fond sonore.

05 Août : après une bonne nuit, nous partons pour Rouen par un ciel gris et un soleil voilé. Heureusement, il ne pleut pas. Nous sommes à une bonne heure de navigation de l’écluse de Poses, la dernière sur la Seine avant la mer. Nous avons de la chance car le courant sera avec nous pour descendre à Rouen. Les bateaux aperçus hier soir nous rattrapent et nous trématent. Qu’importe, je Ecluse de Poses laisse ma vitesse à 6 nœuds à 1800 tr/mn. En vue de l’écluse, j’appelle par la VHF, on nous informe qu’il y a 30 minutes d’attente. Nous faisons des ronds dans l’eau en attendant l’ouverture des portes. Nous ne serons pas seul à écluser. En effet, ce ne sont pas moins de 15 bateaux sous pavillon Anglais qui profitent de la bassinée. Résultat, parti avant 09h00 nous ne sortons de l’écluse que deux heures et demie plus tard. Le courant est avec nous et en moins de trois heures nous sommes amarrés au ponton de la halte de Rouen. Parmi la flottille rencontrée le matin, certains sont déjà arrivés, et beaucoup d’autres font la queue pour prendre du carburant à la péniche de ravitaillement avant le pont. En me voyant accoster, un Anglais, sans doute le responsable du groupe, m’annonce que je ne peux pas m’amarrer ici car il attend beaucoup d’autres bateaux. Faisant mine de ne rien comprendre, je termine ma manœuvre. Voyant que la communication ne passait pas, mon Anglais leva les bras au ciel et s’en alla. J’appris plus tard par le responsable de la halte, que c’était un groupe d’une trentaine de bateaux qui avait fait un voyage sur Paris et qui maintenant repartait sur l’Angleterre. Un plaisancier du groupe viendra se mettre à couple un peu plus tard. Connaissant cette information, je décidais pour le lendemain de m’arrêter à Honfleur et non au Havre, car le groupe allait sûrement occuper toutes les places visiteurs disponibles.

06 Août : le temps est gris, mais la météo prévue à notre arrivée en baie de Seine est sans problème. Beaucoup des bateaux Anglais sont déjà partis. Nous croisons notre premier navire de haute mer, « le RUICHANGAI » à la Bouille vers 09h30. Nous marchons bien, le courant est avec nous. En vue du pont de Brotonne, le vent se lève. Le « LADY WADA » nous trémate juste avant la renverse du courant PK 319. Carpe Diem au ponton à Rouen Il est 13h30. On se traîne. Le courant s’inverse de nouveau au PK 339. Nous avons fait seulement 20 kilomètres en un peu plus de trois heures. Nous croisons beaucoup de cargos et de porte-containers, ainsi que quelques péniches. J’arrive enfin devant l’écluse du port d’Honfleur, mais pour seulement 5 minutes de retard, je suis obligé d’attendre la réouverture des portes en faisant des ronds dans l'eau et surtout en faisant bien attention à ne pas me laisser entrainer par le courant assez fort maintenant. L'écluse de Honfleur Nous passons enfin l’écluse et dans la foulée le pont qui donne accès au vieux bassin. Que de monde, il n’est pas question de louper la manœuvre. Le placier du port m’indique ma position, septième à couple au ponton visiteur. Le propriétaire du voilier Hollandais qui me voie me présenter contre son bord semble inquiet. Il a de quoi, je suis plus long que lui et surtout beaucoup plus lourd. Tout se passe bien et je peux enfin couper le moteur après 11h30 de navigation non-stop. J’en profite pour discuter avec le placier du port pour avoir une meilleure place, sachant que j’allais rester plusieurs jours. A l’écoute de mes arguments, celui-ci me consent une ristourne et m’indique que le lendemain en fin d’après-midi, je pourrai prendre la place en face du musée de la Marine. C’est fou le monde qu’il y a sur les quais d’autant que le ciel est maintenant bleu avec une température très agréable.
Le vieux bassin Face au musée de la marine La Lieutenance

07 et 08 Août : nous restons à Honfleur pour visiter la ville. Il fait beau, pas de vent et la mer est calme en baie de Seine. Dès huit heures le matin, je suis obligé de mettre en marche le moteur pour permettre à des bateaux de partir. Adieu la grâce matinée. Je me retrouve en cinquième position. C’est jour de marché et il est très difficile pour Josiane de rejoindre le ponton. Il faut enjamber les filières des voiliers et c’est haut. L'ouverture du pont Enfin vers 16h30, la place tant convoitée se libère. Dix minutes plus tard je suis amarré face au musée. Le vent se lève en fin de soirée et je suis obligé d’aider un voilier Hollandais qui arrive pour se mettre à côté de moi. C’est mon annexe qui sert de pare battage. La place vient juste de se libérer. A peine ai-je le temps de bloquer une amarre au taquet du ponton, qu’un jeune garçon me tend une bière bien fraîche. Merci l’ami. Le soir, nous allons au restaurant et à notre retour, notre ami Hollandais, enfin sa femme est Hollandaise, lui est Australien, ainsi qu’un couple d’Allemands amis, qui voyage avec eux, nous invitent à partager les boissons locales à bord. A mon tour je partage le « genièvre » rapporté par ma sœur. La soirée se termine fort tard après des discussions en français et en anglais. Je suis réconcilié avec les « voileux » Hollandais. Mais sont-ils Hollandais ? Le lendemain matin, il fait beau et nous nous levons assez tard. Dans l’après-midi, la visite inattendue d’un cousin avec ses amis nous sort d’une torpeur ou nous a enfermé la chaleur. Espérons que demain le temps sera aussi clément pour notre traversée vers le port du Havre.

Le port de plaisance du Havre 09 Août : le temps est gris, il y a du vent et la pluie menace. Rien à voir avec hier. Nous prenons le pont de 11h30 en direction de l’écluse. Nous sortons rapidement et mettons le cap sur le Havre que l’on devine à peine de l’autre côté. La mer n’est pas trop agitée, un mètre de creux, et il commence à pleuvoir. On a même du mal à distinguer les bouées. Avec le GPS et la route que j’ai tracée la veille, aucune inquiétude à avoir. La traversée s’effectue tranquillement et nous pouvons nous amarrer vers 14h00 au ponton visiteurs. Je commence à avoir faim. Nous passerons la journée de demain à nous promener dans le Havre et à faire le ravitaillement.

Le port vu des hauteurs 10 Août : ce matin, le temps se met au beau, le soleil est chaud, 27°. Nous nous promenons pendant une heure dans le port avec mon neveu dans l’annexe. C’est amusant avec les vagues et nous allons même jusque sur la plage. En fin de soirée un violent orage éclate. Espérons que demain la mer sera calme pour aller à Ouistreham.




11 Août : les prévisions météo indique un temps ensoleillé avec un vent force 3 et quelques bourrasques. Creux entre 0,7 et 1 mètre. Mer calme en quelque sorte pour la région. Le départ est prévu après déjeuner pour arriver avec la marée montante aux alentours de 18h00. En route pour Dives sur Mer En discutant avec un skipper qui vient de convoyer un catamaran à moteur depuis La Rochelle, je fais le deal du siècle. En effet, par précaution je voulais remettre environ 60 à 80 litres de gasoil dans le réservoir. Le skipper me propose de me vendre sa réserve de sécurité dont il n’a plus besoin pour la modique somme de 20 €. J’accepte avec empressement. Il m’en coûtera en plus une bonne bière bien fraîche toujours disponible à bord. Nous partons donc vers 14h30 par une mer que je qualifierais En approche de Dives sur Mer d’huile. Moins de 50 centimètres de creux. La mer est si calme que tout le monde est autorisé à sortir sur le pont pendant la traversée. J’appelle donc le port de Ouistreham pour m’enquérir de la meilleure heure d’arrivée pour l’écluse. On m’annonce alors que vu les restrictions d’eau en ce moment, l’écluse ne sera ouverte que vers 19h30. Sept heures pour faire Le Havre Ouistreham, cela fait beaucoup. Je décide donc de changer mon port d’arrivée et appelle Dives sur Mer. On m’indique qu’il y aura assez d’eau pour moi dans le chenal vers 18h00. Je réduits donc fortement la vitesse, moins de 4 nœuds pour être au rendez-vous. En face de Houlgate, j’entends un appel sur le canal 16 pour une panne électrique totale sur un voilier. Je suis loin et c’est la SNSM de Ouistreham qui s’en charge. A l’heure dite nous accostons au ponton visiteur de port Guillaume. Attention, le chenal est étroit et il ne faut pas s’écarter des bouées car il n’y a pas beaucoup d’eau. Nous comptons passer la journée de demain à visiter puis en fin d’après-midi, rejoindre le port de Ouistreham avec la marée montante.

12 Août : le lendemain au réveil, le bulletin météo est le suivant : temps pluvieux, orage, soleil, orage. Avis de vent frais et mer forte. Ce n’est pas aujourd’hui que nous partirons. Peut-être demain. Nous profitons de notre journée pour découvrir la charmante station balnéaire qu’est Dives sur Mer. En fin de journée, entre deux orages, je m’offre une partie de pêche à marée montante avec mon neveu depuis le mur du sas d'entrée dans le port. Nous ne sommes pas les seuls. Résultat environ 60 sprats ou équilles, peu importe le nom que l'on donne à ce beau petit poisson argenté très vorace.
La capitainerie de Dives sur Mer Le soir, au port de Dives 2 dalmatiens à bord d'un voilier

13 Août : au réveil je vais lire le bulletin météo à la capitainerie et décide de passer une journée de plus à Dives. Le temps s’améliore, mais la mer reste forte avec un avis de vent frais. Ils ne se sont pas trompés car cela souffle fort et en plus un orage arrive. Tant pis pour Ouistreham, mais dès que possible, nous ferons route pour le Havre. Si la région manquait d’eau jusqu’à maintenant, Dame nature se rattrape. Il nous reste la pêche l’après-midi avec mon neveu et heureusement cela mord.

14 Août : je prends la météo. Creux à 1,3 mètre et vent d’ouest force 6. Le temps est ensoleillé. Je décide donc de partir pour le Havre. Dès que la porte de l’écluse s’ouvre, je laisse passer les petits bateaux devant moi et prends le chenal à mon tour. Il faut savoir qu’à la sortie de Dives, il y a comme une « barre » à franchir pour trouver une eau plus profonde et quand il y a du vent, la houle est plus forte à cet endroit. J’ai eu une montée d’adrénaline quand le bateau s’est retrouvé à 45 degrés au passage de cette barre. De nouveau, le port du Havre Je pensais que j’allais m’éclater dans la vague suivante, mais non, le bateau a repris tranquillement une position normale de navigation. Tant que mon cap a été Ouest, tout s’est bien passé. Mais pour rejoindre le Havre, à un moment, il faut prendre une route au Nord. Avec un vent d’ouest et des vagues qui en réalité étaient à plus de deux mètres, toutes les sept à huit secondes, vous voyez le problème, ça secoue. J’ai trouvé la parade en tirant des bords le long de ma route directe pour minimiser la gîte du bateau. En face du banc des Ratelets, la mer a encore un peu forcie et mon neveu a eu le mal de mer. Bonjour l’odeur dans le carré jusqu’au Havre. Moi j’étais dehors et j’avais l’air marin. Il s’était endormi à l’avant, et à son réveil, il a vu de l’eau par le hublot à gauche puis de l’eau par le hublot à droite. Il a cru que nous coulions. Mais moi je pense que c’est le passage du méridien de Greenwich qui l’a rendu malade. Enfin nous arrivons au Havre après trois heures de traversée mouvementée, content d’être arrivés et de ne plus être secoués.

Le bac sur la Seine entre la mer et Rouen 15 Août : départ vers Rouen avec la marée montante à 06h00 du matin. Le jour ne s’est pas encore levé, la mer est très calme (40 centimètres de creux) et il y a un peu de vent d’ouest. Ma femme n’est pas très rassurée car il fait encore nuit. Quelques gouttes d’eau me surprennent, ce n’était pas prévu au programme. Je rejoins le chenal de Seine pour voir le soleil se lever dans l’axe du pont de Normandie. C’est féerique. Il faut avoir assisté au lever du soleil en mer pour comprendre. Je passe sous le pont de Normandie à 08h30 et doit m’écarter du chenal car deux cargos font la course, de front, pour arriver premier à Tancarville. La marée nous pousse bien car je mets moins d’une heure pour faire Pont de Normandie, Pont de Tancarville. Le courant est d’environ 4 nœuds. Juste avant le pont, je suis à environ 300 mètres derrière un porte-containers. En regardant le sondeur, je commence à m’inquiéter. En effet de 12 mètres d’eau sous la quille, il vient de passer à 3 mètres, puis un mètre, puis … Zéro. Interloqué et avec une forte montée d’adrénaline, je regarde devant moi ne comprenant plus comment un navire de haute mer pouvait naviguer sur la terre. En regardant par-dessus bord, je m’aperçus que c’était les énormes quantités de sable amenées par la marée montante qui leurraient mon sondeur. Quelques minutes plus tard, le phénomène cessa. Peu de bateaux rencontrés aujourd’hui. C’est normal car nous sommes le 15 Août. Le courant resta porteur tout le long du trajet et vers 16h30, nous étions amarrés à la halte de Rouen, bien plus calme que lors de notre précédent passage.

Après l'orage 16 Août : le temps est gris, il a plu toute la nuit. Nous partons vers Venable à 13h00 en profitant du courant. En arrivant à Poses, on m’annonce 30 minutes d’attente. Cela devient une habitude. A 17h30, nous sortons du sas derrière un pousseur, le « CONCORDE » qui était avec nous. Maintenant, je peux ranger le livre des marées. Plus de calcul à faire, plus de routes à tracer. Nous sommes en rivière. Nous arrivons au port vers 19h00 avec un fort vent de travers pour l’amarrage. Le plan d'eau est superbe, mais quand il y a du vent, les manœuvres ne sont pas aisées. Avec l’aide des plaisanciers présents, tout se passa bien. En plus, nous avons eu de la chance, car moins de quinze minutes après notre arrivée, un violent orage a éclaté.

La halte de Vernon 17 Août : ce matin, nous partons sous le soleil, mais cela ne dure pas car le ciel se couvre rapidement. Nous faisons la halte du déjeuner à Vernon. Aujourd’hui nous n’avons aucune attente aux écluses. Nous sommes à l’Ilon à 16h00. Le temps s’est amélioré et j’en profite pour aller faire un tour avec l’annexe, histoire d’enlever le sel dans le circuit de refroidissement du moteur. Mon neveu, qui m'accompagne, n'a rien contre, bien au contraire.


18 Août : il pleut à notre départ, mais le soleil revient rapidement. Le « RENOIR », bateau de croisières, nous trémate peu après Mantes la Jolie. A 11h30, fin du voyage, nous sommes de nouveau amarrés à la Marina Port Saint Louis. Maintenant il ne reste plus qu’à faire les bagages et à redevenir "Terrien".

Pendant ces quatorze jours, je suis resté environ 68 heures à la barre du Carpe Diem. Il est dommage que le beau temps ne nous ait pas accompagnés tout au long de la croisière. Mais c’est souvent ainsi malheureusement au mois d’Août.

La Manche
La Normandie
La côte Fleurie