Bienvenue sur Plaisance et Plaisanciers

Pont-canal de Briare
CROISIERE 2007 EN DIRECTION DE LA LOIRE
Pour lancer l'affichage, cliquer sur les photos
Conflans St. Honorine 01 Août : pour cette année, avec le temps désastreux que nous avons, c’est décidé, nous partons pour les bords de la Loire en espérant y trouver un peu de soleil. Notre objectif est de rejoindre Briare et son célèbre pont. Ce matin, le ciel est bleu avec des nuages, un peu de vent et la température est de 25°. Comme les autres années, nous serons quatre, mon épouse, ma sœur, mon neveu et moi-même. Le temps de décharger les bagages et les dernières courses, de déjeuner et il est 14h45 quand nous appareillons. Nous voulons passer la nuit au ponton de Rueil, juste après l’écluse de Bougival. Cette année, le courant est important en Seine, environ 3 Km/h, sans doute les pluies incessantes. En arrivant, le ponton est complet. Si le bateau école était correctement amarré, je pourrais m’y loger. Malheureusement, il est en plein milieu, ce qui m’oblige à rebrousser chemin jusqu’à la halte juste après l’écluse en rive droite, ou j’avais vu une place, sous le pont. Il est 19h45 et j’arrête le moteur.

02 Août : il a plu cette nuit et ce matin le ciel est nuageux, mais la température est douce. Le courant est beaucoup moins important qu'hier. Nous avons trématé une péniche à la sortie du bras. J’ai décidé de passer par les canaux parisiens au lieu de traverser Paris car le canal Saint Martin est vraiment agréable. Beaucoup de spectateurs pour assister à notre bassinée Nous arrivons à l'écluse de la Briche, l’entrée du canal St. Denis, à 10h45 et l'écluse est prête pour nous recevoir après mon appel par VHF. Notre halte ce soir sera le port de l’Arsenal. A l'écluse n°4 dite "des vertus", nous attendons 20 minutes. On nous avait oubliés... . En attendant, j'ai vu deux péniches qui naviguaient en marche arrière. C’est assez surprenant et certainement pas évident. Pourquoi ? Mystère, sauf si elles n’ont pas la possibilité de faire demi-tour. A la sortie de l’écluse n°1, celle de 10 mètres, notre intention est de nous arrêter sur le bassin en rive gauche, comme d’habitude. Mais nous sommes obligés de stationner sur le canal de l'Ourcq en rive droite juste après le carrefour des canaux (à gauche en sortant de l'écluse). Un grand Merci à monsieur le Maire de Paris, d'interdire le stationnement des bateaux sur le plan d'eau de la Villette avec votre « Paris plage », un Paris plage où les bateaux sont interdits. Nous partons pour le canal St. Martin vers 15h00. Sous la voûte du temple, l'éclairage a été réparé. Le ciel est très gris en fin de journée, mais il fait toujours 25°. Nous nous amarrons face à la capitainerie peu avant l’arrivée de la grosse pluie qui menaçait et qui a duré jusqu'en fin de soirée.

La Seine après l'écluse "Port à l'Anglais" 03 Août : nous sortons de l'écluse et quittons le canal St. Martin à 09h30, pour entrer en Seine. Le temps est gris, il n'y a pas de vent et il fait seulement 19°. Nous ne rencontrons aucune navigation commerciale ce matin. Pour la pause du déjeuner de midi, nous nous arrêtons au Port aux Cerises que j'avais prévenu par téléphone. Attention, à l'entrée il n’y pas beaucoup d'eau (depuis le problème a été réglé). Le ciel se dégage et il fait de plus en plus chaud, près de 28° vers 13h00. La navigation commerciale s'est réveillée cette après-midi et nous ne sommes plus tout seul sur l'eau. Pour la nuit, nous nous amarrons à couple d'une péniche de croisière à Melun, dans le petit bras. Il est 19h00 et il fait toujours aussi chaud.

Les péniches avec des drapeaux pour le mariage 04 Août : au départ de Melun, ce matin, le ciel est tout bleu sans un nuage, il n’y a pas de vent et seulement 15° au thermomètre. A 08h30, nous sommes en Seine en compagnie de nombreux commerces. Cela ne va pas être la joie pour les écluses. Nous attendons 20 minutes à l'écluse de la Cave, puis passons avec 6 bateaux. Un petit bonjour à Bruno Chanal en passant devant le YACHT CLUB DE CHARTRETTES. En face de Samoreau, en navigant normalement à droite en bord du chenal, j'ai accroché de la « salade » avec mes anodes, la Seine n’étant pas très profonde à cet endroit. Un vrai frein. J'ai réussi à dégager le plus gros avec des marches en avant et en arrière, mais ma vitesse reste inférieure de 2 km/heure avec cette verdure accrochée à la coque, tout en gardant le même régime moteur, jusqu'à l'écluse de Champagne. Dans l’écluse, les remous des péniches et des pousseurs qui étaient devant nous ont fini de nettoyer la coque. Notre vitesse était normale à la sortie. Il faut toujours faire attention dans les écluses avec les péniches et autres commerces, car amarrés seulement à l’avant, ils laissent tourner leurs hélices et font beaucoup de remous. La halte de St. Mammès
Mais pour une fois, les remous nous ont servis. Quand nous arrivons à St. Mammès vers 13h00, toutes les péniches en rive gauche (de Seine) au confluent du Loing, sont décorées pour un mariage.

05 Août : pas de navigation aujourd'hui. C’est dimanche et jour de marché, le ciel est bleu et il fait 34°. Trop chaud. Farniente, sieste et vidéo en début d’après-midi, puis ballade en fin de journée quand la température est plus clémente.

06 Août : il pleut et il fait froid ce matin. Rien à voir avec la journée d’hier, quel contraste! La pompe du groupe d'eau a lâché hier soir. La pression ne s'établie plus, si bien que la pompe ne s'arrête pas. Je suis allé aux établissements BOUILLET qui étaient ouverts, face à la halte de plaisance, et miracle, j'ai trouvé la même pompe. Une heure après, le problème était réglé pour un coût de 150 €. A la vue des conditions météorologiques, nous décidons de rester toute la journée car ce n’est vraiment pas un temps à naviguer.

07 Août : le temps est beaucoup plus beau ce matin, le ciel et bleu avec une petite brume sur l'eau. Il fait 16° à 09h00. Nous partons pour le Loing et passons l’écluse de Moret-sur-Loing à 09h20. Le calme et la beauté du canal du Loing Nous sommes maintenant en canal et le croisement avec des péniches, commerciales ou d’habitation, n’est pas évident quand vous avez un mètre de tirant d’eau. Souvent, il ne reste pas beaucoup de place libre. Nous décidons pour le déjeuner de nous arrêter à la halte de Nemours sur le bras du Loing, indiquée sur les cartes et aussi aux écluses. La halte, baptisée Port de Plaisance n’existe seulement que sur les cartes. J’ai juste vu un tout petit ponton, pour un bateau, qui était occupé. Monsieur le Maire, je ne sais pas si vous me lirez, mais ne pensez-vous pas qu’il y a quelque chose à faire avec VNF. Votre ville ne mérite-t’elle pas une véritable halte? Tant pis pour Nemours, mais ce n’est vraiment pas accueillant pour les plaisanciers. Nous faisons donc demi-tour pour revenir déjeuner face au silo en rive gauche à l’entrée de la ville. Pour le soir, la halte de Souppes-sur-Loing nous accueille avec Eau et Electricité, à 10 minutes du centre-ville.

08 Août : il a plu cette nuit et ce matin, le ciel est gris et la température de 14°. Nous passons la première écluse à 09h15, 48 cm de dénivelé, pas trop difficile. Il y a trois personnes de VNF qui attendent pour nous écluser. Que se passe-t’il ? Y aurait-il pléthore de personnel? Arrêt repas dans l'écluse Nous avançons lentement à 4 km/heure car une péniche logement se traîne devant nous. Nous passons la troisième écluse avec une vedette de 17 m (OLRIK III) qui nous accompagnera jusqu'à Montargis. Nous nous arrêtons dans l'écluse dite "Retourné" pour le repas, en compagnie d'OLRIK III (fermeture entre 12h00 et 13h00). Un petit rayon de soleil nous accompagne pour la première écluse du canal de Briare dans lequel nous entrons, à 15h00. A l'écluse n°34 (Montargis), nous attendons 30 minutes, le temps de passer 2 péniches montantes et une avalante. Il n’y a pas assez de bollards pour s'arrêter et le tirant d’air pour OLRIK III est « limite, limite » sous le pont. Enfin, c’est notre tour et l’écluse est automatique. Deux cents mètres plus loin, pour la dernière écluse (4,80 mètres) qui débouche sur la halte de Montargis, la préposée de VNF se trompe de vantelle. Résultat, les bateaux sont plaqués de l'autre côté de l'écluse par la force du courant. Enfin, il n’y a pas de dégât. La halte est complète et nous nous arrêtons au niveau du silo en rive gauche. Pas de problème, j’ai un groupe électrogène. Un plaisancier de l’ANPEI, il a vu mon fanion, nous accompagne sur le quai jusqu’à notre emplacement pour prendre nos amarres. Merci l’ami (ton bateau est en photo dans le Fluvial du mois de septembre, pour la croisière en Seine Amont).

09 Août : pas de navigation aujourd'hui. Le ciel est gris, mais le temps est sec et il fait 10° à 08h00. Vers 10h00 nous changeons de place pour revenir face à la capitainerie. J'ai une altercation avec un hollandais qui voulait la place libérée par le départ d’un plaisancier. Montargis
J'appelle le responsable du port par téléphone et les choses finissent par rentrer dans l'ordre. La veille, je m’étais arrangé pour revenir face à la capitainerie dès qu’une place serait libre et le responsable de la halte m’avait donné son numéro de portable en cas de problème. J'ai un fauteuil roulant à bord, pour mon épouse qui a des difficultés à marcher, et un vrai quai est plus pratique pour elle. Un petit mot sur cette halte très accueillante, tenue par des gens sympathiques : s’il était possible d’accroître le nombre de places et de mettre des sanitaires à disposition, l’endroit serait parfait pour un arrêt de plusieurs jours. Nous faisons les courses et un tour en ville le matin, c’est ma première visite à Montargis. Ensuite avec le mousse, lavage du bateau l'après-midi. Il en a bien besoin avec la météo que l’on a eue depuis le départ. La pluie nous stoppe dans notre élan vers 17h00. Cela permet de rincer et de faire des économies d’eau. Heureusement, pour aller au restaurant le soir, elle s’arrêtera. Notre choix du restaurant « Le St. Amour », conseillé par le responsable de la halte, s'est révélé parfait avec un rapport qualité/prix très bon. Seulement 33€ par personne avec le vin et l'apéritif pour une entrée, un plat, un dessert et un café. A ne pas manquer si vous passez par Montargis, car on y mange très bien et l’accueil est chaleureux.

10 Août : il a plu de nouveau cette nuit, on commence à avoir l'habitude. Il fait seulement 15° ce matin, le ciel est gris et il tombe une petite bruine. Nous passons l’écluse de la Tuilerie à 09h25. Juste après l’écluse, sur la berge, un faon gambade dans les herbes hautes. Pont levant en sortie d'écluse Un spectacle magique pour tous ceux qui aiment la nature et les animaux. Nous sommes accueillis par la musique d'un orgue de barbarie à l'écluse 31. Ayant passé près de 700 écluses depuis que je navigue, c’est la première fois que je fais une bassinée en musique. Si en me lisant certains pouvaient avoir des idées pour l’année prochaine. Pourquoi pas le top 50 des écluses? Nous nous arrêtons déjeuner à Montbouy. La petite bruine de ce matin nous accompagnera jusque vers 15h00. Après le repas, une écluse de 5,12m est passée sans problème (N° 26). Nous avons une attente de 10 minutes à la suivante, à cause d'une petite péniche qui nous précède. Elle s'est arrêtée à Châtillon Coligny et maintenant le canal est libre devant nous. Nous sortons de la chaîne d'écluse à 16h30 pour arriver à Rogny-les-Sept-Écluses. La halte est en rive droite, juste à côté des anciennes écluses et est équipée du WIFI, ce qui m’a permis de lire mes mails. L’accueil est très chaleureux, et vous avez tous les commerces à proximité. De plus, si vous souhaitez vous rendre au supermarché, il suffit de le demander à la Capitainerie qui fera le nécessaire pour vous accompagner.

Rogny et les anciennes écluses 11 Août : ce matin le ciel est gris, mais il ne pleut pas et il fait 17,5°. Je retarde notre départ car j’ai 4 péniches en attente devant la nouvelle chaîne des 6 écluses de Rogny. Nous partons enfin vers 10h15 et sortons vers 11h40 juste avant l’arrêt déjeuner. Pour notre première écluse de l'après-midi nous avons des fuites d'eau dans le mur et Myriam, ma sœur, a les pieds lavés. Plus de péniche à l'horizon. Un rayon de soleil nous rejoint vers 15h00 pour la quatrième écluse. A Conrenvaux, nous croisons une péniche montante et passons l'écluse avec un voilier anglais à 16h30. Nous sommes obligés d’attendre 15 minutes à l'écluse n° 5 à cause de 2 amateurs qui n’arrivent pas à s'amarrer. La dérivation pour la halte de plaisance de Briare indique 1,2 m de tirant d’eau. En réalité, il y a environ 1,6 m de profondeur. A la halte, nous sommes accueillis de manière sympathique par la capitainerie qui nous octroie une place contre le quai.

Port de plaisance de Briare 12 Août : pas de navigation aujourd'hui et le ciel est bleu. Il fait enfin beau. Nous consacrons le matin à faire des courses. L’après-midi j’en profite pour faire un tour avec l’annexe pendant une heure après avoir réussi à mettre le moteur en route. Des difficultés à démarrer que j'ai solutionnées après avoir trouvé de l'eau dans la cuve du carburateur. De la condensation dans le réservoir, je pense car il restait de l’essence de l’année dernière. Le mousse qui m’accompagne prend la barre pendant 30 minutes. Nous ne rencontrons aucun problème particulier si ce n’est la grande quantité d’herbes. Par trois fois, je suis obligé de nettoyer l’embase. Nous avons juste réveillé en sursaut une paire de magrets (de canard) qui dormait sur l’eau. Il dormait si profondément quand nous sommes passés à 20 cm de lui que nous aurions eu la possibilité de le prendre et de le monter à bord.

Le fameux Pont-canal de Briare 13 Août : aujourd’hui, c’est le départ pour le Pont-canal. Le ciel est nuageux, mais il ne pleut pas et il fait 16°. Nous devons retourner sur le canal Latéral à la Loire et passons la première écluse à 09h20. Nous croisons un plaisance juste avant la seconde écluse. Nous sortons de la troisième et dernière écluse de la journée à 10h00 et croisons une péniche et de nouveau un plaisance. En arrivant au pont, un coup d’œil dans les jumelles pour savoir si c’est libre. Personne, si ce n’est une péniche qui vient de traverser et qui est à la sortie. Je réduis ma vitesse pour profiter du spectacle et traverse à environ 4 ou 5 km/heure. Il n’y a personne sur le pont, à part quelques promeneurs. Nous rattrapons la péniche qui était devant nous. Elle navigue à 4 km/heure et me fait signe de la trémater 2 km avant la halte de Châtillon sur Loire, terme de notre voyage. Nous essayons vainement de faire des courses l’après-midi, mais mis à part le boulanger, tout est fermé.

14 Août : ce matin il fait 11° à 07h00. Le ciel est bleu avec quelques nuages blancs. C’est le jour du demi-tour pour rentrer à Carrières sous Poissy ou nous devons être pour le 21 Août. La halte de Chatillon sur Loire Nous passons le Pont-canal à 09h00 sous le soleil. Mis à part les promeneurs matinaux, pas un seul bateau en vue. La première écluse pour le retour est prête, mais nous attendons 5 minutes un autre plaisancier, un anglais, qui arrive à fond en vidant le canal sur les berges avec sa vague d’étrave. A l’écluse "Les Fées" (3,72 m), il n’y a personne, pas d'échelle, ni de barre d'attache pour nos amarres. Nous passons notre dernière écluse montante, toujours avec notre anglais, à 11h55. Maintenant, nous sommes avalants et ce sera plus simple. Le mousse ne sera pas obligé de monter aux échelles quand elles existent. Nous nous arrêtons au silo pour le repas de midi, dans le bief avant l’écluse n°13, en rive droite. Nous atteignons la première écluse de la chaîne de Rogny à 13h50, et attendons 10 minutes sa préparation. Quelques gouttes d'eau nous accueillent à la quatrième écluse et les deux dernières sont prêtes à notre arrivée. Une place nous attend à la halte où nous passerons la nuit. A la dernière écluse, on nous indique qu’il est préférable de partir tôt demain matin, car des gabares de Loire vont arriver et partiront aussi demain matin pour Chatillon-Coligny. L'éclusier me dit surtout que ce sont des gens assez « spéciaux » qu’il vaut mieux éviter. Pourquoi cette mise en garde?
La Loire vue depuis le Pont-canal Briare et son église, depuis le Pont-canal La Loire vue depuis le Pont-canal

15 Août : à 08h55, tenant compte des conseils de la veille nous sommes en face de la première écluse et nous nous apprêtons à rentrer quand une péniche de croisière nous grille la politesse en hurlant qu'ils ne peuvent pas s'arrêter. Les Fis d'Galarne La VHF était en marche, mais pas un bruit. Ce sont des américains qui se croient tout permis (de la famille Bush d'après l'éclusier). Des Cons qui ne l'emporteront pas au paradis. Nous passons enfin à 09h30 avec le seul fûtreau de Loire qui vient d’arriver (le second est en panne) et qui se rend à Châtillon Coligny pour la fête. Cinq joyeux drilles sur une barque d’une dizaine de mètres. Trois écluses plus loin, nos gais lurons se font livrer une bouteille de blanc à l’écluse car ils ont soif. Nous nous traînons toujours derrière la péniche. Avant l'écluse de Gazon 23, alors que nous sommes en attente devant les portes, ils viennent à couple pour boire un coup de rouge tiré de ma réserve. Heureusement, il n’y a pas de vent. Le temps passe et la bouteille de blanc est déjà loin pour ces « Fis d’Galarne », ainsi se nomment-ils. Nous nous arrêtons nous aussi à la halte de Châtillon pour le reste de la journée. Je ne comprends toujours pas les remarques de l’éclusier, la veille, car ce sont des gens très charmants et sympathiques que nous avons rejoints l’après-midi. Un après-midi fort arrosé de cidre et de vin de Loire après la ballade au vide grenier tout proche de la halte. Le soir, je suis allé boire le pastis, invité par Robert, avec le fûtreau et l'équipe au déversoir après Châtillon (PK30 en rive droite). D'après la tradition et Robert, c'est là que les filles venaient perdre leur pucelage, il y a 50 ans. Merci à toi Robert Faisy et à tes amis, pour le temps trop court, passé avec vous. Longue vie à votre association qui fait revivre la marine de Loire et, peut-être, à une autre fois sur l’eau (Fis d’Galarne).

Vive la mariée 16 Août : ce matin le temps est gris avec du vent. Il a plus cette nuit et il fait 15° à 08h00. Nous passons la première écluse mais nous sommes bloqués juste en aval : arrêt de la navigation. Cet arrêt a été provoqué par une voiture, une 205, dans le canal probablement depuis un certain temps. Notre bateau de croisière américain s'est abîmé la coque dessus. Comme quoi, il y a "une justice divine avec les Cons". La gendarmerie, les pompiers et des plongeurs sont intervenus. Le véhicule qui avait été volé, a été retiré du canal juste avant l'écluse n°26 « Montbouy ». A 11h00 donc, nous repartons jusqu'à la halte de Montbouy pour le déjeuner. Nous passons notre première écluse de l'après-midi vers 14h15 après un bief de 8 km. A l'écluse "la Sablonnière (n°31)", nous servons de toile de fond pour des photos de mariage. L'éclusier avait l'air de dormir debout. Nous croiserons peu de plaisances aujourd'hui jusqu’au port de Montargis qui est complet. Nous nous arrêtons juste avant en rive gauche au niveau du silo pour passer la nuit.

La halte de Montargis sur la gauche 17 Août : ce matin ciel bleu mais la température est fraîche. Nous restons à Montargis pour faire des courses et surtout, le midi, retourner au restaurant « Le St. Amour ». Repas pantagruélique pour les femmes qui s'en sont données à cœur joie avec une paella au homard. Une petite pluie de courte durée nous raccompagne au bateau en début d’après-midi. L'écluse est prévenue et nous attend. Nous quittons le canal de Briare et entrons sur le canal du Loing à 15h40. A l'écluse de Cépoy, l'éclusier n'a pas le mode d'emploi et perd beaucoup de temps pour comprendre pourquoi celle-ci ne veut pas se remplir avant de s’apercevoir qu’il faut fermer les vantelles des portes avals en premier. Les 20 minutes perdues nous coûteront la halte du soir prévue à Souppes. Nous nous arrêtons 2 écluses avant la halte à 18h50. L’endroit est en pleine nature, juste avant l'écluse de Néronville au lieu dit "Halte fluviale de Néronville". Nous ne sommes pas seuls car il y a déjà deux péniches et une pénichette. Avec le groupe électrogène, nous avons du chauffage car il fait frais.

La halte fluviale de Néronville au petit matin 18 Août : ce matin, il fait très froid. Seulement 7° à 07h00. Je mets le radiateur en route pour réchauffer l’atmosphère. Heureusement, le ciel est bleu et le temps sec. La péniche commerce, sous pavillon hollandais, part la première suivie d’une petite péniche « poubelle » privée (un vrai capharnaüm à bord) arrivée à toute vitesse à 08h50 pour passer l’écluse la première. La vision vers l’avant est impossible. Le propriétaire est obligé d’utiliser une caméra et un moniteur pour piloter le bateau. Nous partons enfin à 09h40. Un chevreuil noyé nous accueille à l'entrée de l'écluse. Les nuages arrivent vers 11h00, mais le ciel reste sec si ce n'est 3 gouttes d'eau pendant le repas du midi à Nemours. A la sortie de la ville, nous sommes stoppés par une péniche montante et nos Hollandais que nous avons rattrapés. A partir de l'écluse de Bordes, je décide d'écluser avec la péniche poubelle. Cela ne leur fait pas trop plaisir, mais bien m'en a pris car nous n'arriverons qu'à 18h50 pour la dernière écluse avant St Mammes. Moret est complet et nous continuons jusqu'en Seine. Nous avons été bloqués toute la journée par la péniche qui avait des difficultés à sortir des écluses (largeur du bateau 5,10m).

Le quai à Melun. Rien pour la plaisance 19 Août : ce matin, il pleut, mais il fait moins froid qu'hier. Nous partirons après déjeuner jusqu'à Melun pour passer la nuit. Nous faisons nos courses avant de partir car c'est jour de marché. Les écluses sont fermées entre 12h30 et 13h30 en Seine Amont. La première écluse sera prête pour nous à 13h30 exactement, dans le grand sas. Nous marchons bien, entre 12 et 13 km/h. Nous passons l’écluse « Les Caves à 15h10 », avec un autre plaisancier qui faisait des ronds dans l’eau en attendant l’ouverture des portes car il n’avait pas de VHF. Nous avons de la chance, pour les écluses, la pluie s'arrête. Nous arrivons à Melun sous la pluie. Un petit rayon de soleil nous fait de l’œil juste après l'amarrage. Aujourd'hui, nous n’avons vu que 2 péniches montantes et 3 plaisances avalants.

20 Août : il a encore plu cette nuit. Ce matin, le ciel est nuageux et gris, la température seulement de 13,5° et il y a beaucoup de vent. L'écluse d'Evry est en panne et la navigation est arrêtée. A priori un problème de vanne sur les portes aval. Nous nous amarrons derrière une péniche avec des gens sympathiques et attendons que la navigation reprenne. Nous en profitons pour déjeuner de bonne heure pour être prêts quand les portes s’ouvriront en suivant les opérations par les échanges VHF entre le contrôle de l’écluse et l’équipe de maintenance. Enfin à 12h15 nous entrons dans l'écluse derrière notre péniche de commerce. Un autre plaisancier et une péniche croisière nous rejoignent. A l'écluse suivante, le plaisancier me trémate juste avant l'écluse et s'arrête juste à l'entrée, ce qui m'oblige à m'amarrer à droite dans les remous. Il y avait la place complète pour une autre péniche. L'abruti s'appelle le " BREEVAER IX". Sa position ne laissait aucun bollard de libre derrière lui alors que 3 étaient disponibles devant. Nous passons "Port à l'Anglais" à 14h30 toujours avec les mêmes bateaux. J'appelle la capitainerie qui nous prépare l'écluse de l'Arsenal. Peu d'attente, seulement 15 minutes en Seine à faire des ronds dans l'eau. Quelques gouttes d'eau nous accueillent quand nous nous amarrons devant la capitainerie pour la nuit. La température atteindra 20° vers 18h00. Pour demain, notre dernier jour pour rejoindre Port St. Louis, quel sera le temps?

21 Août : c’est notre dernier jour de navigation. Juste après notre départ : Notre Dame Le ciel est nuageux avec des morceaux de ciel bleu et une température de 13° à 07h30. Une pénichette anglaise nous rejoint dans l'écluse. A 08h30 nous attendons le feu de l'alternat. Pile à l'heure et le soleil se lève miraculeusement pour la traversée de Paris. Lui aussi, il attendait le feu vert. Que c’est agréable. Nous passons l’écluse de Suresnes à 10h05, prête pour notre bassinée. Le ponton de Rueil que nous atteignons vers 12 h45 est libre pour déjeuner. Nous repartons avec le soleil. En sortant de l’écluse de Bougival, nous apercevons un plaisancier en attente. C’est le deuxième que nous voyons aujourd’hui. Des nuages gris arrivent vers 16h00 avec du vent. Comme d’habitude, l’attente à l'écluse d'Andrésy est très longue : environ 35 minutes. Nous arrivons à notre port d’attache à la Marina à 17h45, le vent s'est calmé et il n’a pas plu. Ouf, car pour décharger sous la pluie, ce n’est vraiment pas la joie.

Vous pourriez penser, en me lisant, que j’ai mauvais caractère. Ceci est totalement faux, mais depuis que je navigue, j’ai constaté un changement de comportement chez les plaisanciers. Ceux-ci deviennent de plus en plus individualistes. A suivre. …
Cette année, le moteur du bateau a tourné pendant 106 heures pendant cette croisière jusque sur les bords de la Loire. La consommation de 350 litres nous donne une moyenne de 3,3 litres à l’heure. Nous avons passé 143 écluses avec mon neveu qui est maintenant un mousse parfaitement opérationnel (quand il est réveillé). Le seul regret à avoir est la météo. Mais que faire? Si quelqu’un a une solution, SVP.

La région Centre-Val-de-Loire
Fis d'galarne
Pont-canal de Briare
Rogny les sept écluses