Bienvenue sur Plaisance et Plaisanciers

La Seine
CROISIERE 2011 EN NORMANDIE JUSQU'A FECAMP
Pour lancer l'affichage, cliquer sur les photos
Coucher de soleil à l'Ilon 01 Août : pour cette croisière 2011 avec Harriet, nous ne sommes que trois cette année. Mon neveu a préféré vivre sa vie, ce qui à son âge est bien normal. Donc sur le bateau, nous ne sommes que mon épouse, ma sœur et moi-même.
En partant vers 11h15 par un beau ciel bleu et une température plus qu’agréable, nous faisons le plein à la pompe de la Marina. Le gazole est à 1,49 € et j’en mets 185 litres. Ce complément me permet enfin de calculer la consommation du bateau depuis Strasbourg. Le propriétaire d’un bateau, arrêté au ponton visiteur, m’apostrophe en me signifiant qu’il était en attente de faire le plein et que je lui ai grillé la politesse. Comme j’avais prévenu le port de l’heure de ma manœuvre, je ne tiens pas compte de ses griefs à mon encontre. Le plein étant fait, nous prenons la direction du Havre.
J’ai prévu de m’arrêter au port de Verneuil sur Seine pour boire une coupe avec Fernand. Nous y arrivons à 12h15 et nous amarrons avec son aide.
Après un repas rapide, nous repartons vers 15h00. Il fait chaud (32°), le ciel est bleu et il n’y a pas de vent. Nous sommes amarrés au port de l’Ilon à 18h00 à côté de la pompe à gazole (1,51€). Nous discutons aimablement avec un résident obligé de s’amarrer au ponton visiteur à côté de nous. En effet le bateau du matin qui m’avait apostrophé à la pompe à Saint Louis, nous a trématé pendant le repas et a pris sa place. Comme quoi, il y en a certains qui cumulent.

Les Andelys : Château Gaillard 02 Août : le ciel est nuageux et la température douce (21° à 08h00). Nous partons peu après 09h00 et sortons de l’écluse de Méricourt vers 09h40.
Nous nous arrêtons juste avant l’écluse de Notre Dame de la Garenne, en rive droite au PK 161, pour se restaurer, il est 13h15. Nous n’avons croisé que deux plaisanciers anglais depuis notre départ.
Après déjeuner, nous éprouvons quelques difficultés à sortir de l’écluse. Nous sommes pris en otage jusqu’à l’ouverture des portes qui résistent un bon moment avant de nous libérer. Il serait temps que VNF prenne véritablement en compte les besoins de maintenance préventive, souvent demandés par ses agents mais rarement suivis d’effets.
Nous sommes amarrés au ponton Gribouillard au PK 200,5 en rive gauche. Il est 18h00. Ils ont coupé le saule-pleureur qui nous faisait de l'ombre ou j’avais l’habitude de m’arrêter.

La halte de plaisance de Rouen 03 Août : ce matin ciel gris et il bruine (18,5° à 08h00). Nous sortons de l’écluse de Poses vers 09h15 après une attente de près de 30 minutes. Je navigue sur un moteur et nous marchons à 14 km/h à 2100 trs/mn. Nous passons Oissel à 11h20 au Pk 230.
La péniche pour le ravitaillement en carburants est en amont avant Rouen. Le numéro de téléphone est : 02 35 23 70 37. A 12h15 nous sommes amarrés à la halte fluviale de Rouen ou nous retrouvons le sympathique responsable qui officie depuis de nombreuses années.
Une heure avant notre arrivée, j’ai perçu un bruit sur l’arbre bâbord. Probablement l’anode mais il va falloir sortir le bateau pour en avoir la confirmation. Je prends contact avec le port Saint Gervais qui a la possibilité de sortir des bateaux de 50 tonnes avec leur travel-lift.
Les ennuis, c’est pour demain car pour ce soir, c’est le restaurant « Le Rouennais » qui va nous accueillir. Après notre repas gastronomique, « dodo ». Quelque informations sur la richesse culturelle de Rouen :
« Rouen n’est pas seulement la Ville aux cents clochers. Si son patrimoine est important, son histoire est aussi riche et passionnante. Une vie à découvrir lors d’une promenade dans les jardins et les parcs, lors d'une visite dans les musées rouennais ou au rythme des animations festives et commerciales ».

La sortie d'eau 04 Août : ciel gris mais pas de vent (19,3° à 08h00). La renverse de courant a lieu à 07h30, sens amont vers aval. La météo annonce de la pluie. Nous mettons 40 minutes pour rallier la darse de St. Gervais à petite allure. Nous sommes attendus et on nous fait pénétrer directement sous le travel-lift.
Pendant la sortie du bateau après signature des différents documents administratifs (assurance), grâce aux moyens de levage, on me confirme le poids de Harriet, à savoir entre 15 et 16 tonnes.
Pour la première fois de ma vie, j’assiste à un calage à terre à l’aide d’un niveau à bulle. La précision, la qualité de l’accueil et du travail méritent d’être mentionnés ici. A Rouen, vous avez la possibilité de mettre votre bateau à terre pour travaux ou carénage à un prix sans commune mesure avec les tarifs pratiqués par Détroit Marine en région parisienne (Vaux-sur-Seine). La société qui officie est en fait une coopérative, « la coopérative maritime du service de Lamanage des ports de Rouen et de Dieppe ».
Le calage à terre pour la journée et la nuit Pour revenir à mon problème, en fait il s’agit du coupe-orin bâbord qu’il est nécessaire de changer à cause de l’usure de la rondelle entre partie fixe et partie mobile. Le bruit entendu était le frottement du métal contre métal. A tribord, la partie fixe a déjà été démontée. Je fais la même chose sur la partie bâbord après la prise de conseils auprès des professionnels de la région. Ils ne sont pas disponibles pour venir voir mais ne sont pas avares de renseignements et de conseils. De toute façon, ils n’ont pas la pièce de disponible.
Nous passons la nuit sur cale, expérience particulière qui a malgré tout son charme. Nous montons à bord à l’aide d’un escabeau. Au final, la facture s’élèvera à 525 euros pour une sortie/remise à l’eau, assurance et calage à terre. L'assurance obligatoire, 200 000 euros pour Harriet, s'élève à 120 euros hors taxes. A titre de comparaison, Détroit Marine m’a facturé la sortie d’eau du Carpe Diem (en mars de cette année), 12 tonnes au moment de la vente, à 1000 euros dont 52 euros pour le Karcher.

Port de plaisance dans la darse St. Gervais 05 Août : ce matin il pleut... beaucoup. La température est malgré tout agréable. Il est prévu de remettre le bateau à l’eau entre 08h00 et 10h00. En fin d’après-midi, hier, j’ai vu avec le port de plaisance pour avoir une place. Après la remise à l’eau, je procède à quelques tests, mais le bruit a totalement disparu.
Le temps s’étant amélioré en fin de matinée, je fais quelque lancés de cuillère avec la canne à pêche. Un mulet d’environ 2 kg, « curieux », se laisse prendre. J’en fais cadeau aux occupants d’un petit bateau de plaisance amarré de l’autre côté du ponton.
Nous faisons quelques courses l’après-midi. Il est à noter que dans le bassin Saint Gervais, cargos de haute mer et petits bateaux de plaisance cohabitent sans aucun souci en termes de sécurité. La tour du marégraphe
Pourquoi une cohabitation péniches et bateaux de plaisance n’est-elle pas possible à la Marina Port Saint Louis ? Probablement un problème « politique » plutôt qu’un problème de sécurité, probablement un problème de « personnes », qui ont décidé de rayer d’un trait de plume l’un des plus grands ports d’Ile de France.
La fin de la journée est consacrée à la préparation de ma route pour Honfleur. Heure par heure en tenant compte du courant, de la marée et de ma vitesse, je me positionne par rapport aux PK de la carte sur le cahier de navigation sur lequel je prends toutes mes notes. Cela me permet d’estimer mon heure d’arrivée à Honfleur. Cela me permet aussi d’écrire la prose que vous êtes en train de lire.
Quelques informations sur la tour du marégraphe :
« c'est en réalité un château d'eau destiné à alimenter les grues hydrauliques placées le long du hangar qui doivent charger et décharger les navires à quai. En raison de la hauteur de la tour, elle a été dotée d'horloge et d'un cadran indiquant aux capitaines des navires soit l'heure, soit la hauteur d'eau dans le port en fonction de la marée. C'est de là que vient son nom de marégraphe ».

Bac de Duclair 06 Août : une ondée salue notre départ à 8h45. La température est malgré tout agréable. Je règle la VHF sur le canal 73 et je cale le régime moteur sur 2450 trs/mn pour un seul moteur. Mon objectif est de diminuer la différence horaire entre les deux moteurs.
A midi, nous n’avons vu aucun bateau depuis Rouen sauf le pilote de Seine qui nous a trématés à Duclair au PK 278. Sa vitesse était proche de 15 ou 16 nœuds et la nôtre de 9 nœuds. Nous passons le pont de Brotonne à 12h45 au PK 308,2 en cohérence avec ma feuille de route. A Caudebec, PK 309,5, nous croisons le Seine Princess amarré. La renverse du courant intervient un peu plus tard que prévu vers 14h00 au PK 330. Nous sommes en avance sur la feuille de route.
Juste avant Quillebeuf-sur-Seine, nous avons un vent de face de 30 nœuds. Un bateau parti de Rouen après nous est en train de nous rattraper. Nous croisons le « Chemin Violet » à 14h15. Notre vitesse est tombée à 5 nœuds. Vers 14h30, j’enclenche le second moteur. J’ai à peu près une heure d’avance sur ma feuille de route et je cale mon arrivée à l’écluse d’Honfleur pour 17h00.
L'avant port à Honfleur en attente de l'ouverture du pont L’écluse est ouverte sens mer vers port aux heures rondes. Au passage du pont de Tancarville la police fluviale nous intime l’ordre de rester à droite à cause d’un gros porte-containers qui se trouve dans le chenal. Après le passage sous le pont de Normandie, comme nous sommes à pleine mer, les deux portes de l’écluse sont ouvertes et nous passons sans aucun problème.
Le bateau qui nous a trématés a continué sur le Havre. Nous attendons ensuite l’ouverture du pont du Vieux Bassin prévue à 17h30 pour aller nous amarrer face au musée de la Marine. J’ai négocié cet emplacement par téléphone, refusant d’être à couple, mon épouse ayant des difficultés pour se déplacer.
Pas de soucis pour cette descente avec un ciel qui s’est amadoué pour notre amarrage. Au total 08h20 entre Rouen et Honfleur pour 111 km soit 7,2 nœuds de moyenne. Connaissant ce parcours pour l’avoir déjà fait trois fois avec le Carpe Diem, force m’est de constater que Harriet est beaucoup plus rapide et surtout beaucoup plus stable.

La rue principale de Pont-Audemer 07 Août : il fait beau aujourd’hui. Michel, un ami, vient nous chercher à 11h30 pour aller passer la journée à Pont-Audemer. Après un succulent repas, nous faisons une promenade digestive d’un très vif intérêt qui nous fait découvrir la ville. Marie-Françoise, l’épouse de Michel, se révèle un guide de très grande culture, maitrisant à merveille l’histoire de sa ville.
Pont-Audemer fait partie du département de l'Eure et de la région Haute-Normandie. La ville compte, selon le dernier recensement INSEE, 8.965 pont-audemériens. Aux détours des ruelles et impasses moyenâgeuses, le promeneur découvrira des maisons à pans de bois. Les canaux de Pont-Audemer
Comme le traduisent ses différents noms, Pont-Audemer est née là où la traversée de la rivière était la plus aisée.
Ce point remarquable où les éléments propices au dynamisme économique étaient réunis (forêts, eau abondante, riches prairies) est devenu un lieu de passage obligé d'échanges et d'installations artisanales. Rapidement, son dynamisme économique lui a imposé d'organiser sa protection : un château au XIème siècle, des fortifications au XIIème siècle et une charte des communes au XIIIème siècle. Pour découvrir la suite, rendez-vous sur le site de la ville de Pont-Audemer.

En fin de journée, nous retournons à Honfleur pour vider la bouteille de champagne qui attend dans le réfrigérateur de Harriet. A peine arrivés à bord, un gros orage se déclenche et nous lave le bateau. Demain nous resterons au port car la météo prévoie des creux de 2m et un vent force 6 à la limite de l’avis de grand frais.

Route pour Fécamp qui passe par le Havre
08 Août : il a plu une partie de la nuit et cela ne s’est arrêté que vers 09h00 du matin. Après, le soleil est enfin revenu. La météo de demain étant beaucoup plus clémente, je prépare une route pour Fécamp.
Nous consacrons la journée à faire des courses et des emplettes de vacances, souvenirs, etc. Ceci étant dit, quelques informations sur la ville de Honfleur qui mérite un arrêt :
Honfleur (anciennement Honnefleu, origine viking du nom) est une ville que les documents mentionnent dès le XIe siècle où elle figure alors parmi les importantes bourgades du duché de Normandie.
Sa situation géographique privilégiée, de port d’estuaire et de port de mer lui confère, en effet, de nombreux avantages et détermine sa double vocation : la défense du fleuve royal et le départ des grandes aventures sur la mer océane.
Harriet face au musée de la Marine dans le vieux bassin Ville fortifiée par Charles V au XIVe siècle, elle joue un rôle défensif important contre les Anglais pendant la Guerre de Cent Ans puis participe activement aux voyages de découverte entrepris aux XVIe et XVIIe, dont la célèbre expédition de Samuel de Champlain, en 1608, qui aboutit à la fondation de Québec… Les marins honfleurais sont alors parmi les meilleurs du royaume et possèdent dans leur confrérie la relation rarissime du fameux Marco Polo. Charles VII écrira, par ailleurs, que Honfleur a “le plus grand et le meilleur apport de navires du Pays de Normandie.
Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le port intensifie son activité commerciale vers le Canada, les Antilles, les côtes africaines et les Açores. C’est un centre très actif de pilotes, d’armateurs, de négociants et même de corsaires. Parmi eux, Pierre Berthelot (pilote major et cosmographe du Roi du Portugal), devenu moine sous le nom de "Denis de la Nativité" et Jean-François Doublet (officier de la Royale), corsaire et compagnon du dunkerquois Jean Bart.
C’est au début du XIXe siècle que Honfleur devient un centre artistique exceptionnel : Eugène Boudin, natif de Honfleur, réunit autour de lui de nombreux artistes de renom, tels Dubourg, Monet, Jongkind, Baudelaire... .

Voilà pour la partie historique.

09 Août : il a plu une partie de la nuit. Il fait frais ce matin mais le soleil brille. La mer est peu agitée à la sortie de l’écluse à 08h50. Mais une fois dans l’estuaire, le programme n’est plus le même que ce qui était prévu. L'état de la mer qui n'était pas prévu
Des creux de 3 mètres et des rafales de vent à 7 nous obligent à nous dérouter sur Le Havre. Je prends le chemin le plus court, la marée étant haute. Les prévisions initiales étaient vent à force 4 et creux à 0,5m.
Aucun rapport avec ce que nous vivons jusqu’au port. A notre arrivée, les vagues passent par-dessus la digue entre la plage et le port. Après 1h30 de traversée, nous nous amarrons avec l’aide de plaisanciers présents, ce qui n’a pas été simple, le vent nous créant des misères même à l’intérieur du port.
Un mot sur le comportement de Harriet, c’était sa première véritable sortie en mer avec moi aux commandes. Le bateau est très sécurisant par mer de travers et mer de face. Il ondule par mer arrière. Avec les deux moteurs à 1800 trs/mn j’étais à près de 7 nœuds. Vitesse maximum vue l’état de la mer.
Nous consacrons le reste de la journée à une petite balade dans la ville que nous connaissons bien depuis le temps. Quelques informations sur Le Havre pour les personnes qui ne connaissent pas :
Le Havre inscrit au Patrimoine mondial, fascine par sa beauté océane. Elle conjugue les attraits d'une ville moderne et le dynamisme d'un grand port européen, port de commerce et escale pour les croisières, Station balnéaire, station nautique elle entretient une relation privilégiée avec la mer. Sa plage aménagée et son Port de Plaisance sont situés à proximité immédiate du centre de la ville.
Le Havre, Ville d'art et d'histoire, est le berceau de l'impressionnisme. Le Musée Malraux, largement ouvert sur la mer, abrite la 1ère collection impressionniste de France après Paris. D'autres musées exceptionnels, nouveaux ou récemment rénovés, témoignent aussi de sa richesse culturelle
.

Etretat 10 Août : la mer est peu agitée, creux de 1m et vent force 3. Nous partons à 09h30 pour Fécamp et mettons 1h30 pour passer Antifer. Le ciel est bleu et la température est douce. En passant le cap, les creux augmentent, environ 2 mètres.
Nous sommes pris par un courant portant avant le cap et ensuite par un courant contraire jusqu’à Fécamp. J’avais envisagé de m’approcher des falaises d’Etretat pour faire des photos. A la vue de l’état de la mer, j’y ai renoncé à mon grand regret. Nous verrons l’année prochaine si je reviens.
L'entrée du port de Fécamp Nous sommes amarrés au ponton visiteurs à 13h15 après avoir été un peu chahuté avec un vent de force 4. Quelques informations sur Fécamp glanées à l’office de tourisme :
située sur la Côte d'Albâtre, Fécamp séduit par son authenticité. Ville d'Art et d'Histoire, vous êtes invités le temps d'un séjour à découvrir son riche passé ducal et maritime. Publicité pour la Bénédictine L'abbatiale de la Sainte-Trinité, le palais des ducs de Normandie et les riches collections du musée des Terre Neuvas sont les témoins de sa prestigieuse histoire.
Attiré par le parfum des plantes et des épices qui composent la célèbre liqueur, vous visiterez l'impressionnant Palais Bénédictine, haut lieu du tourisme industriel
.
La mer à beaucoup forci dans l’après-midi, mais le soleil brille et nous en profitons pour visiter le Palais Bénédictine, lieu de fabrique de la spécialité de Fécamp. Il y a une dégustation à la sortie et c’est bien agréable de profiter des plaisirs de la vie pendant les vacances.


11 Août : le ciel est gris, il y a beaucoup de vent, entre 4 et 6, et la mer est forte. Pas de problème pour nous car nous restons au port. Le programme de la journée est orienté courses et ballades.
Le soleil daigne enfin se lever vers midi. Lui aussi est en vacances et fait la grâce matinée. Nous profitons du temps maussade, pluie et vent, pour visiter le musée des « Terre-neuvas et de la Pêche ».
Ce musée mérite vraiment votre visite pour la qualité des maquettes qu’il présente, ainsi que pour tout le reste de ses collections. Demain nous devrions refaire le trajet pour Le Havre si la météo s’améliore. Le soir, je vérifie à la capitainerie la météo du vendredi ainsi que les infos sur Internet. Tout devrait aller pour le mieux.
Le musée des Terre-neuvas et de la Pêche Le Palais Bénédictine Le musée des Terre-neuvas et de la Pêche

L'état de la mer pour notre retour 12 Août : le ciel est gris, il a plu toute la nuit et il bruine encore. Heureusement la température est douce. Tout est prêt pour notre départ et j’en profite pour compléter mon plein à la pompe. Le gazole est à 1,37€ le litre et j’en rajoute 250 litres.
Nous quittons le port à 11h15. L’état de la mer s’est trouvé différent des prévisions. En effet la météo indiquait vent force 4 et creux entre 0,7m et 1,2m. Quelque chose de normal en Manche. La réalité fut tout autre. A Antifer, les creux étaient plutôt à 2,5m et parfois 3m. J’ai mouillé mon drapeau Normand à l’avant à deux reprises. Le vent était à 5. Enfin nous sommes arrivés au Havre à 14h45, soit 3h30 pour faire le trajet (moyenne de 7,5 nœuds). Ceci étant dit, aucun souci pour la traversée, le bateau est conçu pour.
Comme j'écrivais, aucun souci pour la traversée, mais « un problème à l’arrivée ». En entrant dans le port, j’avise une place libre au ponton visiteurs et un anglais me prête la main pour l’amarrage. Un superbe coucher de soleil sur le port du Havre Où est le problème me direz-vous ?
Un Hollandais se présente avec son bateau peu de temps après et m’indique que je lui ai pris sa place. Il m’explique qu’il est allé faire le plein à la pompe au fond du port. Comme on dit : « qui va à la chasse perd sa place » et je fais la sourde oreille. Il est revenu me voir après son amarrage, les places ne manquaient pas, pour que nous changions d’emplacement après le déjeuner sous prétexte qu'il avait payé pour cette place-là. Je l’ai envoyé promené (se faire foutre en restant poli) et je pense que je me suis fait un ennemi de plus, mais c’est la vie. Il va s’en dire que ces échanges se sont faits en langue anglaise et que mon Hollandais a eu beaucoup de difficultés à se faire comprendre, surtout que je faisais le sourd.
Dans l’après-midi, j’ai passé un coup de jet d’eau pour dessaler le bateau. En fin de journée, j’ai eu la visite des gendarmes en ballade, pardon, en mission. Le soir, la météo particulière de cette journée nous a donné une lumière exceptionnelle.

13 Août : le ciel est gris, il fait 21° et il brouillasse. Les Hollandais repartent chez eux, bon débarras. Le vent est à 4 et la marée haute à 11h34. Rien de particulier pour cette journée consacrée au farniente et à une ballade en ville. Le retour sur Rouen est prévu pour demain si la météo est confirmée.

Le pont de Normandie sous un ciel chargé 14 Août : le réveil sonne à 4h45 car je veux quitter Le Havre avant la marée basse. Il a plu toute la nuit mais cela s’est calmé et la température est douce. Nous quittons notre amarrage à 5h30 comme prévu. J’aime cette navigation de nuit ou les bruits sont étouffés et où le vent est généralement discret. Je suis sous pilote et cela ne pose aucun problème, la mer étant assez calme.
Je quitte le chenal du Havre à la bouée LH12 pour rejoindre le chenal de Seine en passant par la Cardinale des dépôts d’explosifs. Comme on dit, j’écoute les petits oiseaux, confiant dans la technologie du bateau, quand tout à coup celui-ci fait un virement de bord de 90° comme pour retourner au Havre. Etant à côté du pilote je me remets immédiatement en manuel et corrige pour revenir sur ma route initiale.
Une grosse question se présente à moi : où est le problème ? le pilote ? ...
En fait le problème n’était pas technologique mais maritime. Sur le plateau, à marée basse il y a quelque fois des vagues plus fortes que les autres qui se forment justement en arrivant sur les hauts fonds. Une vague de ce genre a fait pivoter mon bateau, telle une main géante, en quelques secondes.
le Daniel Laval Le pilote, vérifié après, ne présente aucun problème. Mon épouse a juste pensé que je faisais demi-tour suite à des conditions météo défavorables.
Nous atteignons le chenal de Seine vers 06h30 et croisons un voilier venant de Honfleur qui fait route au moteur. Il ne pleut pas mais le ciel est gris et la marée montante tarde à venir. Nous croisons le chenal de l’écluse de Honfleur à 08h00. Nous passons sous le pont de Normandie sans voir le levé de soleil habituel, le ciel est tout gris, et je remarque sur le radar un cargo, « le Daniel Laval », qui nous rattrape.
Il devrait nous trémater avant le pont de Tancarville. En fait il nous trémate juste après le pont de Normandie. Nous le rattrapons devant Tancarville ou il est en train d’effectuer un demi-tour. Je prends contact avec lui par VHF pour connaître ses intentions et il me confirme que je peux passer derrière lui.
Le Marie O Après Tancarville un bateau d’un tonnage supérieur, « le Marie O » nous rattrape à son tour et nous trémate par la droite après un échange par VHF, il est 09h20.
A Villequier, une petite pluie nous tient compagnie quelque temps. Un deuxième cargo nous trémate à son tour vers 10h30 et enfin un troisième et dernier cargo « le Riga » en fait de même. Nous naviguons à 10 nœuds et eux à 15. Ceci explique cela. Il continue de pleuvoir par intermittence.
Heureusement je suis bien protégé par le taud. Nous arrivons au bassin Saint Gervais à 14h30 au PK 245. Nous avons parcouru entre Honfleur et Rouen, 111 km en 06h30 soit une moyenne de plus de 9 nœuds. Par chance, le vent est tombé, ce qui a facilité notre amarrage car il n’y a personne pour nous aider à notre arrivée.

15 Août : nous ne naviguons pas aujourd’hui et le temps est enfin estival. Le soleil revient. Nous partons, ma sœur et moi, pour faire quelques courses, mais le seul commerçant ouvert est la boulangerie Paul aux Docks 76.
Après déjeuner, j’en profite pour faire un brin de toilette au bateau. Je sors donc le karcher pour nettoyer toutes les toiles. Tout se passe bien jusqu’au moment où je m’aperçois que la toile arrière du taud a disparue ... sous les eaux, soit par 7 m de fond.
Un coup de vent malheureux et un mauvais positionnement de ma part sur le balcon pour le séchage au soleil. Après réflexion, je sors le grappin de l’annexe et l’accroche à un bout. Au second lancé, « bingo », je croche ma toile et peux ainsi la récupérer. Juste un petit rinçage à faire à cause de la vase. Ouf !

Falaises en Seine avant Amfreville 16 Août : il fait toujours beau, le soleil est revenu. Nous faisons les courses le matin à l’Intermarché puis nous levons l’ancre vers 13h30 pour Amfreville pour bénéficier du courant portant de la marée montante. L’étape du soir est prévue au ponton Gribouillard. Il y a beaucoup de vent pour notre départ et il fait chaud.
Nous croisons un voilier anglais pendant notre remontée vers 14h00. En passant à Oissel, j’avise en rive gauche un ponton flottant d’une quarantaine de mètre ou il doit être possible de s’arrêter. Nous passons St. Aubin à 15h30. Nous sommes trématés par un pousseur, « le Richelieu ». Il a mis 20 minutes car nos vitesses étaient très proches.
Nous attendons 1h30 pour passer l’écluse après des ordres contradictoires du type : « vous passez avec tel bateau » puis NON, « vous passez avec tel autre bateau ». Nous finissons par passer avec le « Win Star » qui va se révéler être un enfoiré de première. Ce bateau ne s’est pas amarré et a utilisé ses moteurs en mettant les gaz à fond, pour se maintenir sans se soucier de moi. A la vue de l’embouteillage, l’éclusier a ouvert les vannes en grand.
Embouteillage devant Amfreville Moi, juste derrière, j’ai eu un mal fou à maintenir le bateau. J’ai même failli me faire écraser deux doigts par la pression des amarres. Malgré mes deux amarres, avant et arrière, par deux fois le bateau s’est retrouvé en travers. La règle est que tous les bateaux s’amarrent. Cette règle n’a pas été respectée et quand j’ai expliqué à l’éclusier que sa responsabilité était engagée en cas d’accident, il m’a donné l’impression de n’avoir rien compris au problème que je lui exposais.
VNF, si vous me lisez, je pense que vous avez une marge de progrès importante. Surtout, n’oubliez pas que dans un cas comme celui-ci, que vous êtes entièrement responsable du fait que les règles les plus élémentaires de sécurité n’ont pas été respectées. A méditer en espérant qu’il n’y aura jamais mort d’homme !
Ceci étant dit, il fait toujours aussi chaud et nous somme amarrés à 18h45.

Le port de plaisance de l'Ilon 17 Août : après une nuit tranquille et un réveil orchestré par les cygnes qui sont venus chercher du pain nous partons vers l’Ilon. Le ciel est nuageux, mais il n’y a pas de vent et la température est agréable. Nous croisons le « Viking Spirit » vers 09h00 puis quatre plaisanciers juste avant l’écluse de Notre-Dame-de-la-Garenne. Ce sont les premiers que nous voyons depuis Rouen. Je reconnais ces bateaux sous pavillon anglais pour les avoir vus à Honfleur au début des vacances. Ils ont du faire une escapade jusqu’à Paris et sont sur le chemin du retour.
A Notre Dame, l’éclusière n’attend pas que nous soyons amarrés pour lancer le sassement. Enfin, c’était plus cool que la veille. Nous nous arrêtons juste après l’écluse en rive droite pour le déjeuner. Nous repartons derrière le « Sniper » que je suis jusqu’à Méricourt. Nous passons l’écluse sans soucis. J’ai mis un bout à l’avant et ai mis en prise un des moteurs. A 17h45 nous sommes amarrés à l’Ilon au « quai visiteurs » et il fait toujours aussi chaud.

18 Août : il fait déjà chaud ce matin, mais le ciel est nuageux avec une petite brise agréable. A 09h00, je fais le plein de gazole car je veux avoir les réservoirs pleins pour l’hiver et ainsi limiter la condensation. (405 litres de consommé depuis Fécamp). Une demi-heure plus tard, nous quittons le port.
Vers 10h30, nous croisons un bateau qui ressemble au Carpe Diem, mais qui n’est pas le Carpe Diem.
En tout cas, nous sommes amarrés à Port Saint Louis à 13h30.

19 Août : ce matin nous faisons les bagages pour quitter le bord. Il fait beau et doux et il est difficile de descendre à terre, mais c’est la vie car les vacances sont terminées.

A l’arrivée, l’horamètre des moteurs indique :
- Moteur Bâbord : 2164
- Moteur Tribord : 2207
J’ai rattrapé 20h00 sur l’écart de fonctionnement entre le moteur bâbord et le moteur tribord. Au total j’ai eu 94 heures aux moteurs pour ces vacances 2011, pour une consommation d’environ 900 litres soit une moyenne de 9,5 litres à l’heure à 2400 trs/mn.

Lamanage des ports de Rouen et de Dieppe
Site de la ville de Pont-Audemer
Site de la Bénédictine
Le musée des Terre-Neuvas et de la pêche