Bienvenue sur Plaisance et Plaisanciers

Marsouins communs
CROISIERE 2012 EN NORMANDIE JUSQU'A DIEPPE
Pour lancer l'affichage, cliquer sur les photos
Château de Rosny-sur-Seine 23 Juillet : le ciel est bleu, il n’y a pas de vent et la température est agréable. Une journée idéale pour naviguer. Comme tous les ans, nous sommes quatre à bord pour cette croisière estivale de près d’un mois qui doit nous conduire jusqu’à Dieppe, si la météo est clémente avec nous.
Comme je le disais, nous sommes quatre à bord, mon épouse, votre serviteur, ma sœur et mon neveu Jessy pour qui ce sera une première avec Harriet. Nous partons pour le port de Verneuil sur Seine ou nous déjeunons après la coupe de champagne offerte par Fernand et Nelly du bateau « Bonjour », que j’ai prévenu de notre arrivée par téléphone.
Nous partons donc vers 11h40 et sommes amarrés à Verneuil 40 minutes plus tard pour cette coupe de l’amitié. Nous repartons vers 15h00 pour le port de l’Ilon, terme de notre voyage pour aujourd’hui.
Peu avant l’entrée du port, nous passons devant le château de Rosny-sur-Seine. Mis à part un petit bateau en excès de vitesse dans la zone voile (ou est la police ?), je n’ai pas vu de plaisancier montant ou avalant.
Si j’avais voulu faire le plein des réservoirs à l’Ilon, cela n’aurait pas été possible car un panneau indique que les pompes sont en panne. De plus la capitainerie est fermée, ce qui explique le silence radio sur le canal 9. Le port est en dépôt de bilan mais ne fermera pas (info affichée par la mairie). En attendant la nuitée est gratuite et les douches sont ouvertes.

Abreuvoir direct en Seine 24 Juillet : le ciel est bleu, il n’y a pas de vent et la température est de 22° à 9h00. C’est un temps parfait, peut-être un peu chaud (mais arrêtons de nous plaindre), pour naviguer. Nous passons l’écluse de Méricourt vers 09h30 sans souci particulier. Il y a un ponton en rive gauche au PK 128 pour un bateau de 10 à 12 m, sans garantie pour le tirant d’eau. Je navigue sur un seul moteur à 1800 trs/mn à la vitesse de 12 km/h. Je préviens l’écluse de la Garenne que je m’arrête pour le déjeuner avant de passer. Il n’y a aucun problème à s’amarrer en rive droite avant l’écluse. Avec la chaleur qu’il fait, une bonne bière bien fraiche sous le taud nous réconforte.
Nous passons l’écluse avec une péniche, « le Bronx », après le déjeuner. L’amarrage dans l’écluse me causa quelques soucis car l’amarre avant, en étant trop serrée, m’empêchait de me plaquer contre le bajoyer. Après une confusion d’une vingtaine de secondes avec le mousse, tout rentra dans l’ordre. Ensuite, navigation tranquille jusqu’à Poses sans rencontrer « plaisancier qui vive », hormis le Hollandais montant qui en me voyant, a mis les gaz pour rejoindre le ponton de Muid vers 16h45, de peur que je lui prenne la place. Sans commentaire. Nous arrivons au ponton « Gribouillard », ou j’ai mes habitudes, vers 18h15, terme de notre navigation pour aujourd’hui (en rive gauche avant le barrage).
Il me faut vous donner quelques informations sur la nouvelle halte VNF à Poses Amfreville au PK 199,5 en rive gauche sur le bras du barrage. L’heure électrique est à 2 euros. Les 10 minutes d’eau sont aussi à 2 euros. Panneau d’informations indiquant où acheter les jetons (auberge du halage située à 500m et non à 200m comme indiqué) en dehors des heures d’ouverture de l’accueil de la halte (horaires de fonctionnaire). Il y aurait même des douches à cette halte, affirmation à vérifier par tout plaisancier qui arrête de naviguer avant 15h00 ou 16h00. Je sais, je suis mauvaise langue, mais à la vue de l’investissement qui a dû être fait par VNF et les solutions alternatives qui pouvaient exister, je ne peux m’en empêcher.

La halte de plaisance de Oiselle 25 Juillet : coefficient de marée de 74. Le ciel est bleu, il n’y a pas de vent et la température est de 23° à 8h30, heure de notre départ vers Rouen, après avoir vérifié les horaires de la marée.
Après le barrage, nous serons soumis aux marées et donc nous devrons prendre en compte les courants qui pourraient ralentir ou favoriser notre navigation. Nous sassons dans la petite écluse avec « Bismarck ».
Attention, l’écluse est très profonde et il est préférable de tirer les amarres lentement, quand vous êtes en bas, en s’assurant qu’il n’y a pas de nœud sur celles-ci. Elles risqueraient de coincer. Nous passons Elbeuf à 10h00. A Oissel le magnifique quai en rive gauche est toujours vide. Il peut accueillir jusqu’à 6 bateaux.
Nous croisons un plaisancier anglais qui navigue à grande vitesse en direction de Poses. Nous nous amarrons à la halte fluviale de l’ile Lacroix à 12h00 après un créneau face au courant avec juste un mètre de liberté entre les 2 bateaux qui nous encadrent. Nous avons mis un peu plus de trois heures pour venir de Poses Amfreville.

Coucher de soleil sur Rouen 26 Juillet : le ciel est bleu, il n’y a pas de vent et la température est de 23° à 9h00. La marée est haute. Le beau temps semble se maintenir avec un baromètre à 1019. Pas de navigation aujourd’hui, nous en profitons pour refaire quelques courses car nos réserves diminuent rapidement.
Un voilier est parti pour le canal de Tancarville (matage) après que nous l’ayons aidé à faire demi-tour hier en fin d’après-midi. Cette manœuvre lui a facilité le départ, tôt ce matin. Deux bateaux fluviaux sont arrivés mais ne vont pas plus loin.
L’après-midi après notre pause gastronomique à la « La Toque d’Or » (11 Place du Vieux Marché, 00 33 2 35 71 46 29), je fais mes calculs pour définir l’heure de mon départ demain pour Honfleur avec les horaires et le coefficient de marée (pour les courants). L’objectif est d’arriver entre Tancarville et le pont de Normandie à l’étale. Le résultat me donne un départ à 09h00.

Une superbe maison dans les boucles de la Seine 27 Juillet : le ciel est nuageux, il n’y a un peu de vent et la température est de 24° à 9h00. La marée est montante. Le coefficient de marée est de 57. Nous partons avec un courant qui restera contraire pour environ une heure. Nous ne rencontrons aucune circulation dans la traversée de Rouen.
Quelques gouttes de pluie nous accompagnent quand nous croisons un cargo juste avant « La Bouille ». Le ponton en rive gauche au PK 260 est inoccupé. Le vent se lève à force 4 avec des pointes à 5 vers 11h30.
Nous croisons la police portuaire au PK 276. Ils font des ronds dans l’eau avec le barbecue allumé à l’avant du bateau. Nous passons le pont de Brotonne à 13h40. Le ciel s’est dégagé et il commence à faire chaud. Il n’y a pratiquement pas de circulation à part quelques péniches, mais aucun bateau de plaisance.
Trématé par une grosse bête avant le pont de Tancarville La renverse du courant à lieu à 15h00. Peu après, nous commençons à croiser les cargos et porte-containers qui montent vers Rouen avec la marée. Le Lady Elena ferme la marche.
Nous passons le pont de Tancarville à 16h15. Notre vitesse est tombée à 8 km/h. Nous entrons dans l’écluse d’Honfleur à 18h00 comme prévu. Il y a beaucoup de monde dans cette écluse et beaucoup de spectateurs autour.
Nous sommes amarrés face au musée de la Marine à 18h40. Nous sommes descendus de Rouen en neuf heures à la moyenne de 11,5 km/h sur un seul moteur à 2250 trs/mn. L’année dernière nous étions descendus à la moyenne de 13,3 km/h toujours sur un seul moteur, mais à 2450 trs/mn. La différence de temps n’est seulement que de 30 minutes au final pour une consommation largement inférieure.

Honfleur et le vieux bassin 28 Juillet : aujourd’hui, farniente. La météo est clémente avec une température douce mais surtout, il ne pleut pas. Il est à noter une augmentation sur le prix du port (40 euros par nuit pour Harriet), mais les douches sont maintenant incluses.
Malgré tout, elles restent sur le parking à environ 400 mètres de notre amarrage. En faisant le tour du vieux bassin ou nous sommes amarrés, je dénombre une majorité de pavillons hollandais, peu d’anglais, de belges ou d’allemands. Quant aux visiteurs français, ils brillent par leur absence.
La journée s’écoule paisiblement après une petite promenade digestive en direction de l’écluse. Nous passons une très bonne soirée avec nos amis Michel et Marie-Françoise qui viennent dîner à bord. Cela va devenir une tradition quand nous passons à Honfleur.

La sortie de l'écluse avec Le Havre en face 29 Juillet : la météo n’est pas très clémente avec nous. Depuis hier le temps a changé, la température est plus fraiche et il pleut. Le vent s’est aussi levé histoire d’avoir une météo complètement estivale! Nous en profitons pour faire quelques courses dans Honfleur, quelques souvenirs liquides et solides.
La soirée est très calme avec alternance de pluie et de pas de pluie. Il n’y a pas énormément de monde dans les restaurants et le menu est à la « moules-frites ».
Sans doute est-ce la faute à la crise... .

Notre parcours en mer 30 Juillet : cela fait une semaine que nous sommes partis de port St. Louis. Le ciel est bleu et la température est agréable. Le coefficient de marée est de 62. Le vent d’ouest est force 4 avec des pointes à 5 et la mer présente des creux de 1 à 1,5m.
C’est une situation normale en baie de Seine. Nous passons le pont de 09h30 puis l’écluse avec deux voiliers hollandais, direction Fécamp avec une marée descendante. La mer forcie au fur et à mesure que nous avançons dans le chenal de Rouen et le mousse est malade à l’approche du méridien de Greenwich. Je n’ai vraiment pas de chance avec les mousses. Je décide donc de changer ma route et de bifurquer vers Le Havre que nous atteignons 2 heures après notre départ d’Honfleur.
Le prix du port est de 35 Euros, plus les jetons pour les douches. Demain la météo devrait être plus clémente pour rejoindre Fécamp en espérant que le mousse, cette fois, supportera la mer.

Harriet au ponton visiteurs 31 Juillet : la météo prévue par Météo Consult donne un vent d’ouest de force 2 et une houle de 0,3 à 0,6m. Cela ne devrait pas poser de problème pour passer Antifer. En réel, le vent d’ouest est de force 5 dans le port et le ciel est gris. Une forte houle avec des crêtes blanches est visible à la sortie du port. Je décide d'attendre jusqu’au lendemain car j’ai peur que le mousse soit de nouveau malade.
Le soleil revient vers 16h30 et le vent tombe. Nous passons donc une nouvelle journée à attendre une éclaircie météo qui devrait être vérifiée le lendemain si j’en croie les prévisions données par météo Consult ... .

01 Août : ce matin, il y a peu de vent et le ciel est nuageux avec un peu de soleil.
Au large d'Antifer Le coefficient de marée est de 85. La température est seulement de 20° quand nous partons à 09h00 pour la station de carburant. Et oui, Harriet a soif. Vingt minutes plus tard, alourdi d’environ 200 litres de gazole nous mettons le cap pour Fécamp.
Nous trouvons quelques gouttes d’eau en arrivant sur Antifer, mais le vent est seulement de force 3. La mer commence à forcir, le ciel devient gris et c’est la pluie qui nous accompagne pour notre amarrage à Fécamp peu avant 13h00. Globalement, la météo prévue a été respectée et personne n’a été malade.
Un blaireau français avec son voilier est venu s’amarrer par mon tribord en fin d’après-midi en arrivant à pleine vitesse au point de déplacer Harriet. Par la suite, j’ai découvert une rayure sur ma coque causée par une excroissance sur le bâbord du voilier. Pas de devise sur ce bateau, comme cela ni vu ni connu. Il y a des fois où j’ai des envies ... .

02 Août : cette nuit, il a beaucoup plu, mais ce matin avec le vent, le soleil est revenu. Aujourd’hui, quelques courses et une ballade à l’église St. Etienne.
L’après-midi, le ciel reste bleu. Espérons que le beau temps s’installe. Nous en profitons pour aller nous promener sur la falaise et visiter la chapelle « Notre dame du salut ». Cette chapelle qui se dresse sur la falaise nord de la ville est dédiée aux marins qui venaient y prier avant de partir en mer pour Terre-Neuve. Les peintures votives de marins rescapés accrochées aux murs rappellent la dureté de la pêche.
Le panorama est superbe du haut des falaises et c’est un plaisir de faire le plein de « cartes postales ». Pour information, un hôtel jouxte la chapelle, la Ferme de la Chapelle.
La plage vue du haut de la falaise Le port de Fécamp depuis le haut de la falaise Notre Dame du Salut
En fin de journée, je fais les calculs de marée pour notre départ pour St. Valéry en Caux. J’en profite pour appeler le port et je tombe sur « la conne de service » qui m’annonce qu’il est impossible de m’accueillir parce que c’est la fête de la mer. Si je veux venir à partir du 06 Août, pas de problème, mais pour demain, « impossible ».
Je raccroche de mauvaise humeur et décide de faire route sur Dieppe directement en sautant St. Valéry.

L'entrée du port à marée basse 03 Août : il a beaucoup plu hier soir et en début de nuit, mais ce matin le ciel est seulement grisâtre, avec un peu de vent. Le baromètre est à 1019 et la température à 22,5°. Le coefficient de marée est de 98. Tous les hollandais partent les uns après les autres. Hier, il y avait 25 pavillons hollandais dans le port. Nous partons pour la pompe vers 9h30 et après avoir fait le plein, vers 10h00, faisons route pour Dieppe.
A la sortie du port, le vent est sud-ouest et les creux insignifiants (entre 0,5 m et 1 m). Ce sont des conditions parfaites pour une navigation en Normandie. Peu avant d’arriver à St. Valéry, je retéléphone à la capitainerie pour savoir s’il est possible ou non de m’accueillir. Après 5 minutes de discussion, plus aucun problème ne subsistait et je modifie ma route pour entrer dans le port.
Je règle ma vitesse pour arriver juste pour le pont de 11h30 et en informe la capitainerie pour qu’il m’attende si j’ai quelques minutes de retard. L’objectif est d’éviter de faire des ronds dans l’eau pendant 30 minutes devant un pont en position basse qui ne se lève que toutes les 30 minutes.
Un drakkar normand dans le port Nous avons mis 1h30 depuis Fécamp pour une navigation d’environ 15 miles nautiques. Nous sommes accueillis par le maître de port qui nous guide jusqu’à notre place à bord de sa petite barque. Il faut dire qu’avec la fête de la mer, le port est bien encombré.
En début d’après-midi, la pluie semble nous narguer par intermittence et s’installe enfin jusqu’en fin de journée. Nous faisons quelques courses avant d’aller écouter, entre deux averses, le concert de chants de marins donné en soirée, juste à côté de la capitainerie.
Ce concert nous donne l’occasion d’entendre des « voix », ce qui semble être quelque chose en voie de disparition si l’on écoute les variétés française d’aujourd’hui.

Les joutes nautiques à St. Valéry 04 Août : il ne pleut pas. Le coefficient de marée est de 98. Le ciel est nuageux, mais le soleil nous surveille avec 19° à 9h00 du matin. Le baromètre est à 1016 et hésite entre augmentation et diminution pendant que la mer monte. L’amplitude de la marée est de 8,8 m, ce qui est très important. A marée basse, il n’y a pas d’eau dans le chenal du port. Après déjeuner, le baromètre s’est enfin décidé, un gros orage lave le bateau. Un autre finira le travail en fin de journée.
Entre les deux, des joutes nautiques sont organisées dans le port. Un temps du mois d'août, c'est à dire un vrai « temps de merde » malgré tout. Quelques mots sur les sanitaires du port pour indiquer que chaque douche est équipée d’un lavabo et la propreté est irréprochable. Machine à laver et sèche-linge complètent les équipements.

05 Août : il ne pleut pas, il n’y a pas de vent, le baromètre est à 1014, le ciel est gris et température de 17° à 08h30. Le coefficient de marée est de 97, la marée sera haute à 14h42 et les portes devraient s’ouvrir vers 12h30. Nous partons sous la pluie à 13h30.
Un marsouin qui s'amuse Il y a un peu de houle à la sortie du port. Notre vitesse est d’environ 8 nœuds. A mi-parcours nous avons de nouveau des gouttes de pluie. Peu avant Dieppe, j’aperçois par tribord deux voiliers sous pavillon hollandais qui se font face, les focs sont enroulés et les grand-voiles faseillent.
Je prends mes jumelles pour examiner la situation et découvre deux marsouins qui s’amusent entre les bateaux. Je m’approche, mais pas trop, de peur de les effaroucher avec le bruit de mes moteurs, pour profiter aussi du spectacle.
Le marsouin commun est le mieux connu de la famille des marsouins, autrefois appelés « cochons de mer ». Les marsouins sont de petits cétacés à dents, plutôt noirs sur la face dorsale supérieure, et blancs sur la face ventrale inférieure. Ils se nourrissent de poissons, de crustacés et de seiches. S'ils sont encore, et de loin, les cétacés les plus répandus, leurs effectifs tendent à régresser. Les raisons de ce déclin tiennent sans doute à la pollution marine et à la mort par noyade à cause des filets de pêche.
Après quelques minutes, des images pleins les yeux, je reprends ma route pour Dieppe et commence à slalomer entre les drapeaux des casiers des pêcheurs. La pluie cesse peu après la pointe d’Ailly. Après appel sur le canal 9, on nous indique le ponton n°7 (Champlain), et une personne nous attend pour nous aider à la manœuvre d’appontage. Il est 16h00 et nous avons mis 2h30 pour venir.
Après une rapide visite à la capitainerie pour régler les formalités d’usage il recommence à pleuvoir jusqu’au soir, et probablement une partie de la nuit.

Le château 06 Août : il a effectivement plu cette nuit. Ce matin il n’y a pas de vent, le ciel est blanc, gris et noir, au choix mais il ne pleut plus. A 9h00 la température est de 18,2°.
Le bleu reprend le dessus pour la coloration du ciel, vers 14h00. Nous en profitons pour faire une ballade et quelques courses en ville. Un mot pour qualifier les sanitaires : « parfait », comme à Saint Valéry. Après avoir calculé le temps nécessaire au retour vers Paris, nous décidons de passer une journée supplémentaire pour visiter le château de Dieppe.

07 Août : ce matin il n’y a pas de vent, le ciel s’éclaircie et devient progressivement bleu. Nous faisons des courses le matin et déjeunons tôt pour être à la visite guidée de 15h00 au château. Le baromètre remonte et affiche 1023 en fin de journée après quelques gouttes de pluie. Espérons que ce sont les dernières avant un bon moment. Je calcule mon horaire de départ pour St Valéry demain, pour profiter des courants. C’est le retour, nous sommes à mi-parcours des vacances.

Le port de Dieppe 08 Août : ce matin il n’y a pas de vent, le ciel est gris, le baromètre affiche 1023 et il y a 20°. Le coefficient de marée est de 63. Le soleil est au-dessus des nuages et il ne pleut pas. La température a beaucoup augmenté quand nous partons vers 14h45. La sortie du port est un peu sportive avec une houle d’ouest d’environ un mètre et un vent de force 4 à 5. La mer est de travers jusqu’à St. Valéry, mais pas de problème pour Harriet. Peu de temps après notre départ, nous recevons un SOS d’un navire au large de Fécamp en train de couler. A un mille nautique du port, je réduis ma vitesse pour arriver à 17h30 très précisément. Pendant l’ouverture du pont, un « blaireau anglais » en profite pour dépasser tout le monde et entrer le premier dans le port. Certains n’ont plus aucun savoir-vivre. Par VHF, on nous oriente sur le ponton visiteurs qui est libre, la fête de la mer étant terminée. Le soleil est enfin avec nous, mais le fond de l’air reste frais.

La mer au coucher du soleil 09 Août : il n’y a pas de vent et le baromètre est toujours 1023. Le coefficient de marée est de 50. Il y a beaucoup de brume sur la mer et la visibilité est inférieure à un quart de mille. Le soleil essaie de percer mais n’y arrive pas. Le ciel devient enfin bleu au moment de notre départ à 15h30. Il y a peu de houle et nous passons au large de Veulettes-sur-Mer une heure plus tard. Il y a toujours de la brume sur la mer, mais le soleil commence à chauffer fort. La houle augmente à l’approche de Fécamp. Nous entrons dans le port à 18h00 conformément à mes prévisions. Le ponton visiteurs est presque complet. Il fait chaud et le vent se lève, avec des pointes à force 4 pour notre amarrage. Le ciel est maintenant complètement bleu.

Coucher de soleil à Fécamp par une belle soirée d'été 10 Août : aujourd’hui, le ciel est bleu et il n’y a pas de vent (force 2), le baromètre est à 1025, la mer est plate et il fait 26,5°.
Nous ne naviguons pas aujourd’hui car nous voulons retourner au musée « des Terre-Neuvas » avec notre mousse.
En début d’après-midi, un « inconscient » est sorti des pontons, sous voiles, et est passé à moins de 30 centimètres de mon étrave. Rarement vu un marin aussi... «con». Le reste de la journée se passe tranquillement à lézarder après notre visite au musée.

Etretat 11 Août : ce matin le ciel est bleu avec quelques nuages, il n’y a pas de vent, le baromètre est à 1022 et il fait 22°. Le coefficient de marée est seulement de 32. Nous partons pour la pompe à 9h00. Cent dix litres de gazole plus tard nous prenons la route du Havre, il est 09h20.
En sortant du port, nous avons une légère houle de nord-est qui se calme rapidement. La mer est plate. Une heure après notre départ, nous croisons les falaises d’Etretat. Nous marchons à 8 nœuds.
Etretat Nous passons Antifer en slalomant entre la multitude de petits bateaux qui traquent maquereaux et autres poissons. D’après ce que nous voyons, cela à l’air de bien donner. La mer est un vrai lac jusqu’au Havre.
A l’entrée du port, un pilote qui est en attente vient faire un tour autour de Harriet. Sans doute de la curiosité ou un besoin de rompre la monotonie des longues heures à attendre les grands cargos et autres porte-containers. A 12h30, nous sommes amarrés au ponton visiteurs après 03h10 de navigation, soit 9 nœuds de moyenne.
L’après-midi, le soleil se voile un peu et le vent commence à souffler, ce qui ne manque pas de réveiller les éoliennes des voiliers. En fin de journée, je calcule mon heure de départ pour Rouen en fonction de l’heure de la marée montante de demain.

12 Août : pour ce nouveau matin estival, le ciel est entre gris clair et gris foncé. Le vent est force 3 avec des pointes à 4 et il fait 20°. Le coefficient de marée est seulement de 33. Des orages sont annoncés en soirée.
Nous partons à 11h30 en direction d’Honfleur. Un porte-containers est sorti juste avant nous et nous sommes quelque peu secoués. Vers 12h10 je reçois un appel VHF « pan pan » pour un voilier face au Havre.
La mer n’est pas conforme aux prévisions. Une vague, plus forte que les autres, réussie à submerger mon pavillon Normand et même à remonter jusqu’au pare-brise arrière. Peu après cette péripétie quelconque en baie de Seine, je modifie ma route du 90 au 180 pour traverser la baie et rejoindre le chenal de Seine.
Une grosse bête vient de nous croiser Je suis obligé de tricher un peu pour éviter les vagues qui viennent de travers (houle et vent d’ouest). Ma vitesse n’est que de 5,5 nœuds en passant devant l’écluse d’Honfleur à marée basse à 13h40. Le vent est complètement tombé depuis que j’ai croisé le banc des Ratiers.
Le flot arrive à 13h50 et nous dandine mais notre vitesse n’augmente pas significativement. Nous croisons « Le Combatant » pendant mon déjeuner en navigation, puis nous trématons la drague « Mariette ». A 15h25, nous passons sous le pont de Tancarville.
Deux petits bateaux nous ont croisés à pleine vitesse au PK 320. Nous arrivons au pont de Brotonne à 17h35.
A partir de 18h00, les cargos de haute mer qui ont pris la marée en direction de Rouen nous trématent les uns après les autres. Le dernier est « le Clipper Burgundy » à 19h50.Nous dépassons le bassin St. Gervais à 21h25 et sommes à la halte fluviale de l’Ile Lacroix à 21h40.
Le responsable de la halte est sur le ponton pour nous aider à faire notre amarrage. Nous avons mis 8 heures entre Honfleur et la halte fluviale soit une moyenne de 7,7 nœuds.

Harriet à la halte de Rouen 13 Août : ce matin le ciel est nuageux, il n’y a pas de vent et il fait 21°. Le baromètre est tout juste à 1015.
Nous faisons des courses le matin et je consacre l’après-midi avec le mousse à laver le bateau au karcher pour enlever les dernières traces de sel sur la coque et sur les toiles.
Les pompiers sont venus, eux aussi, pour nettoyer leur zodiac avec leur équipement de plongée. J’en profite pour leur demander s’ils peuvent regarder la petite roue de mon loch qui est coincée probablement par du sable ou des herbes.
Après leur départ, le résultat est parfait, tout re-fonctionne : « merci messieurs les Pompiers pour votre gentillesse ».

14 Août : le ciel est gris, et il fait 18,5°. Le baromètre est à 1015. Il y a de l’humidité sur le bateau.
Le ponton Gribouillard pour la halte déjeuner Je fais route pour Pose Amfreville à l’inversion du courant à 9h15. Dix minutes après notre départ de grosses gouttes de pluie viennent me contrarier, m’obligeant à passer en pilotage intérieur. Heureusement cela ne dure pas et je peux repasser rapidement en extérieur.
A la sortie de St. Aubin, nous croisons un voilier Anglais. C’est le premier plaisance que nous rencontrons depuis quelques jours. Le Renoir nous croise à 11h30. Il ne semble pas y avoir beaucoup de croisiéristes. Nous passons dans la grande écluse avec « le chti » qui nous a trématés peu de temps auparavant et deux autres péniches.
Nous sommes amarrés au ponton Gribouillard à 13h30 pour le déjeuner. Nous repartons pour les « Grèves du lac » (le port de Venable) vers 15h15. Le soleil brille enfin. Nous sommes trématés à St. Pierre du Vauvray au PK 191 par un train de péniches.
A 17h00, nous sommes au port. L’accueil est chaleureux et les douches dans un état irréprochable.

15 Août : le baromètre est à 1010, il fait lourd et il commence à pleuvoir peu avant notre départ à 09h00. La température est de 21°. Peu après la sortie du port, la pluie est si forte que le radar ne voie plus rien.
Cimetière à bateaux sur la Seine Nous croisons un Pédro sous pavillon anglais juste avant les Andelys. Le vent se calme enfin et il ne pleut plus. Nous passons l’écluse de la Garenne tout seul et je m’arrête au quai en rive droite juste après, pour le déjeuner à midi juste.
Quand nous repartons pour le port de l’Ilon, le vent s’est de nouveau levé (force 4). Nous prenons le bras rive droite à Notre Dame de l’Isle et passons devant le cimetière à bateaux.
Nous rencontrons quelques petits bateaux au niveau de Vernon. Nous sommes tout seul dans l’écluse de Méricourt. Au port de l’Ilon, l’accueil des visiteurs au niveau des pompes, est squatté par deux bateaux sous pavillon Belge. Nous n’avons pas de problème pour nous trouver une autre place en bout de ponton vue notre longueur. L’amarrage se passe sans difficulté car le vent s’est totalement calmé.
Nous sommes le 15 et traditionnellement ce soir, c’est un menu gastronomique avec Champagne et foie gras.

Ponton qui a eu un petit problème (Les Mureaux) 16 Août : nous partons pour notre dernière étape à 13h00 après déjeuner. Il fait très chaud et le ciel est nuageux.
Au passage devant le château de Rosny-sur-Seine, les rafales de vents sont à force 3 et il fait 35° sous le taud. Autant dire que cet air est très apprécié. Il suffit que le vent se calme pour notre arrivée à Port St. Louis et tout sera parfait. Nous croisons un plaisancier au PK 114 sans pavillon de nationalité. Je serais VNF, je sévirais ce genre de comportement. Avoir un pavillon est obligatoire, même sur la Seine.
Le courant qui nous est contraire est faible, environ 1 kilomètre à l’heure. Vers 17h00, nous entrons dans la marina, sous une chaleur étouffante sans un seul filet d’air. Fin du voyage pour cette année.

17 Août : le ciel est nuageux, mais la température est douce. Un temps superbe pour vider le bateau de nos effets personnels et retrouver notre « Home, sweet home ».

Horamètre des moteurs à l’arrivée à Port Saint Louis :
- Moteur Bâbord : 2235,3 heures
- Moteur Tribord : 2247,8 heures
Les heures des deux moteurs sont très proches maintenant. Au total, j’ai 112 heures pour les deux moteurs pour une consommation moyenne de 7,1 litres à l’heure. Nous avons fait environs 800 kilomètres pour une vitesse moyenne de 11,2 kilomètre à l’heure en mer et rivière.
Le régime a oscillé entre 1900 trs/mn en rivière (un seul moteur) et 2150 trs/mn en mer (avec les deux moteurs).

Histoire du château de Rosny-sur-Seine
Château de Dieppe