Bienvenue sur Plaisance et Plaisanciers

La plage de Grandcamp_Maisy
CROISIERE 2014 : les plages du débarquement
Pour lancer l'affichage, cliquer sur les photos
29 Juillet : notre destination est la Normandie, plus exactement les plages du débarquement. Les festivités du 70ème anniversaire sont terminées et il ne devrait pas y avoir trop de monde.
Villa en bord de Seine Le ciel est gris mais avec une température agréable. Le propulseur d’étrave ne fonctionne pas, probablement un mauvais contact, mais avec deux moteurs je suis manœuvrant, donc je verrai cela à mon retour. Cette année, nous ne sommes que trois, mon épouse, ma sœur et votre serviteur.
Nous partons après le déjeuner car Fernand et Nelly ne sont pas au port de Verneuil. Nous essaieront de les voir à notre retour. La navigation jusqu’au port de l’Ilon se déroule sans aucun problème. Je marche sur mon moteur tribord à 2000 trs/mn soit 12 km/h. Nous rencontrons quelques commerces montants et avalants, mais aucun plaisancier. Nous sommes au port à 18h00 et j’en profite pour compléter mon plein de gazole pour contrôler ma consommation. J’en ajoute 148 litres à 1,42 euro. Un peu de vent à l’arrivée nous aide pour notre accostage.

Le château de la Roche-Guyon 30 Juillet : il fait beau, pas ou peu de vent. Nous partons à 09h15 après une nuit très tranquille. Nous sortons de l’écluse de Méricourt à 10h00 après une bassinée tout en douceur avec une péniche. Je règle le régime moteur à 2000 trs/mn.
Nous croisons « le Mercator » devant l’imposant donjon du château de la Roche-Guyon vers 11h00. Un peu d’histoire :
- ce château étrange et mystérieux marque les esprits... Adossé à la falaise qui l’a enfanté, dominant une boucle de la Seine, il s’est développé au fil des siècles, entrecroisant avec élégance les styles architecturaux. Son donjon fortifié, curieusement posé sur la colline, domine la vallée de la Seine depuis le XIIe siècle. Il est relié à la forteresse du bas par un souterrain taillé en escalier. L’ensemble est harmonieusement enchâssé dans un écrin verdoyant. Ses écuries monumentales destinées à accueillir 99 chevaux vous charmeront et son potager-fruitier expérimental du Siècle des lumières vous étonnera par sa structure.
Il y a toujours un peu de brume sur la Seine depuis ce matin mais la température est de 23,5° maintenant. A midi « Le Bounty » nous trémate au Pk 146. Nous faisons notre pause du déjeuner au quai de l’écluse de Notre Dame de la Garenne (en rive droite) à 13h00, fidèle à nos habitudes.
Nous repartons à 14h15 mais ne sortons de l’écluse que 45 minutes plus tard. Nous avons dû attendre l’arrivée du porte-containers « le Cyclone » qui a pris tout son temps dans l’écluse pour déposer un petit bateau à moteur et trois jeunes gens qui sont ensuite partis en le devançant.
Le port de Venable au petit matin En navigation, nous croisons « le Viking Neptune », bateau de croisières, à 15h30. Le bateau est sous pavillon allemand. Nous sommes amarrés au port de Venable à 17h00. Une place nous attendait, tout en longueur, au fond du port dont la capacité est en cours de doublement pour atteindre 300 bateaux.

31 Juillet : ce matin il fait frais dans le bateau. Il est vrai qu’hier soir je n’ai pas fermé la porte et que la fraicheur de la nuit a pénétré dans le bateau. Il y a beaucoup de brume sur le plan d’eau, mais une belle journée s’annonce. Nous partons à 9h00 pour Rouen. En sortant du plan d’eau, un peu de brume persiste sur la Seine. C’est très joli mais cela ne présente aucun problème pour la navigation.
En aval de Saint-Pierre-du-Vauvray, un chevreuil traverse la Seine de rive gauche vers rive droite devant mon étrave. Nous sortons de l’écluse d’Amfreville après un bassinée tout en douceur ou nous étions seuls. Je pense apercevoir un bateau de plaisance qui approche à toute vitesse vers nous, au PK 205, mais non, c’est la police fluviale qui nous accoste en navigation pour un contrôle. Celui-ci se déroule sans problème et ces messieurs et dame nous quittent après 15 minutes. C’est mon premier contrôle depuis que je suis propriétaire, soit depuis 2001.
Nous croisons « le Séquana » au Pk 222 à 12h30. A Oissel, le ponton est désespérément vide. Le courant devient de plus en plus important, il est maintenant de 4 km/heure. Nous croisons notre premier bateau de plaisance juste avant l’ile Lacroix en amont de Rouen. Il navigue sous pavillon anglais. Le soleil chauffe et il fait 30° maintenant. A 14h00, nous sommes amarrés.
La halte de Rouen à l'ile Lacroix Cinq bateaux de croisières sont à quai en rive droite, sous le pont. Cela fait embouteillage. Peut-être ont-ils cru que les festivités pour les 70 ans du débarquement attireraient les touristes. Possible mais cela étant dit, celui que nous avons croisé en navigation semblait presque vide.

01 Août : nous ne naviguons pas aujourd’hui. Ce matin ce sera destination le supermarché pour le ravitaillement sous un beau soleil. Profitons-en car la météo annonce de la pluie pour ce soir ou cette nuit.
Après le repas du midi, nous faisons une balade autour de la cathédrale dans les rues piétonnes. Il y a beaucoup de monde. Demain nous partirons à 8h00 pour Honfleur, s’il y a de la place, ou le Havre. La météo prévoie un temps calme et peu de mer, seulement des creux de 50 centimètres. Un plaisancier en provenance de Pose est arrivé peu après 20h00. C’est un suédois. Toujours pas de bateau français.

Un cargo qui vient de nous croiser 02 Août : pleine mer à Rouen à 7h47, et à Honfleur à 15h31. Il n’y a pas de vent, le ciel est gris mais il n’a pas plu cette nuit. La température est douce pour notre départ vers Honfleur à 7h45. Nous sommes à l’étale à Rouen et j’en profite. C’est plus simple pour quitter le ponton et faire demi-tour.
En passant devant le quai des bateaux de croisières, je constate qu’il n’en reste que deux. Je suis sur un seul moteur à 2000 trs/mn et ma vitesse est de 13,7km/h. Le soleil a fini sa grasse matinée et daigne enfin se lever à 8h45.
Je change de moteur à 9h45 pour équilibrer les temps de fonctionnement. Quelques rafales de vent à 30 km/h me font pressentir un changement de météo à court terme. Nous croisons le « Botticelli » à quai à Duclair (bateau de croisières). Nous sommes trématés par le cargo « Mila » au PK 279 puis par le « Maersk Borry » au PK 288.
La bouée rive droite du Vieux-Port. On aperçoit le courant contraire qui nous freine Nous passons Jumièges à 11h45, soit quatre heures après notre départ. Nous sommes sous le pont de Brotonne à 12h30 et croisons le bateau de croisières « le Amalegro », sous pavillon allemand, à quai à Caudebec, il est 13 h00.
La renverse du courant commence à 13h15 et notre vitesse tombe progressivement jusqu’à 4 km/h. Nous croisons 2 cargos et un automoteur qui font la montée vers Rouen en profitant du courant. A 14h15, je démarre le second moteur car ma vitesse est de 3,5 km/heure. Le radar ne m’indique plus rien. Le gros orage que nous traversons pendant environ trente minutes occulte ses capacités. Un vieux gréement devant la Lieutenance
Cela se calme progressivement, mais la pluie nous accompagne jusqu’à l’écluse de Honfleur que nous prenons à 18h00.
Le pont s’ouvre ensuite à 18h30 pour nous permettre de nous amarrer face au musée de la Marine dans le vieux bassin.
J’avais réservé par téléphone une place au ponton ou sur catway, mais je ne voulais pas être à couple, ayant à mon bord une personne à mobilité réduite. Toutes mes prévisions horaires pour la descente se sont trouvées vérifiées à plus ou moins 10 minutes sur un parcours de 9h30 entre l’ile Lacroix et l’écluse d’Honfleur (12 km/h de moyenne). J’aurais pu avoir l’écluse de 17h00 si j’avais poussé les moteurs un peu plus. Mais bon, je suis en vacances et le gazole coûte cher... .


Notre parcours marin cette année de Honfleur à Grandcamp-Maisy Les plages du débarquement Nos étapes marines








Tous les Hollandais, à couple, au ponton visiteurs
03 Août : pas de navigations aujourd’hui. Il a un peu plu cette nuit, mais rien de grave. Ce matin nous refaisons le ravitaillement, car nos réserves diminuent. Après quelques gouttes de pluie avant le déjeuner, le soleil est revenu. Il y a toujours autant de monde à Honfleur, autour du vieux bassin dont les regards sont attirés par les bateaux à quai.
Il y a beaucoup de bateaux visiteurs, mais à part les locaux, pas un seul pavillon français hormis nous dans le bassin.


Le port de pêche et le vieux bassin en arrière-plan Le pont de Normandie vu des hauteurs de la grande roue L’écluse

04 Août : nous restons à Honfleur, Michel et Marie-Françoise viennent diner ce soir. La nuit a été fraiche, seulement 16,5° ce matin au réveil. Le ciel est nuageux mais le baromètre est à la hausse avec 1014 mbar.
La vie autour du vieux bassin, le soir Le beau temps est sur le chemin du retour. Honfleur est envahi par les Hollandais. Il n’y a qu’eux sur le ponton visiteurs, jusqu’à 8 bateaux à couple. Quelques Belges et Anglais sont sur le ponton dans l’avant-port. Mes voisins de ponton, des Hollandais, sont partis ce matin. Aujourd’hui lundi, il y a moins de monde sur les quais, ce qui est normal car les gens sont au boulot.

Un peu d’inconscience de la part des parents ... Des gamins, hollandais, s’ébattent sur le plan d’eau avec les annexes des voiliers. C’est interdit mais ce n’est pas un problème en soi, sauf qu’ils n’ont pas de gilet de sauvetage et qu’ils ne sont pas très âgés. Enfin …

05 Août : la météo prévoie une mer plate pour notre départ vers Courseulles-sur-Mer (Juno beach). Quelques nuages, un baromètre à 1017 mbar, et une température de 12,5° à 8h00.
Le Mont St. Michel des Brittany ferries qui rentre au port de Ouistreham J’ai prévu de partir par le pont de 11h30 car la pleine mer est à 17h43. On entre à Courseulles à plus ou moins 2h00 de la pleine mer. Au moment de rentrer dans l’écluse, un petit bateau nous trémate par la droite et nous ravit la place le long du quai. Un abruti qui m’oblige à m’amarrer à la Sirène de la Baie qui sortait avec son plein de touristes.
Nous avons un petit peu de houle en baie de Seine, mais le courant nous porte à 10 nœuds. Après le banc du Ratier, la mer se transforme en lac. Que du bonheur.
Harriet amarré dans le port de Courseulles Nous croisons le ferry de Ouistreham à 14h30. Le courant a diminué et nous sommes maintenant à 6,5 nœuds. Nous arrivons à Courseulles à 16h15 et l’amarrage est terminé à 16h30, côté bureau du port, après une navigation de 04h30 soit une moyenne de 6,7 nœuds.
Il y a moins de monde que l’année dernière, mais d’après le bureau du port, les bateaux sont plus gros. Peut-être un lien avec « Juno beach » et les festivités qui y sont associées, car c’est là que nous sommes. Après le diner, quelques gouttes d’eau rafraichissent l’atmosphère.

Le port de Courseulles-sur-Mer le soir 06 Août : il pleut depuis 3h00 ce matin. Le baromètre est retombé à 1009. Le ciel est tout gris. Le seul espoir est que la marée ramène le beau temps. La pluie cesse vers 10h00 et le soleil revient. Nous sommes exaucés. Il fait 26° à 15h00 et les nuages gris sont partis.
Nous faisons les courses au supermarché (carrefour City en centre-ville) en début d’après-midi, les prix sont toujours aussi élevés (on se croirait à Deauville) puis une belle balade en ville et le long de la plage en fin de journée.

07 Août : il est tombé quelques gouttes d’eau au petit matin, mais rien de bien méchant. Cette nuit les mouettes ont décoré le bateau (tout le pont avant). Je suis obligé de passer un coup de jet d’eau car les fientes sont agressives pour la peinture. La température est douce, le baromètre à 1012 et le soleil brille. Je prévoie de partir demain matin pour Port-en Bessin après l’ouverture des portes à 7h15 le matin.
L’après-midi nous faisons une longue visite au « centre Juno beach ». Visite extrêmement intéressante. Quelques informations sur ce site :
- lieu de mémoire et centre culturel en Normandie, le Centre Juno Beach rend hommage aux 45 000 Canadiens qui ont perdu la vie pendant la Seconde Guerre mondiale, dont 5 500 au cours de la Bataille de Normandie et 359 le Jour J. Fondé en 2003 par des vétérans et des bénévoles, il présente l’effort de guerre civil et militaire de toute la population au Canada et sur les différents fronts durant la Seconde Guerre mondiale.
L’accueil à l’intérieur du musée Le musée canadien « Centre Juno beach » La sculpture devant le musée

08 Août : ce matin, levé à 6h00 pour préparer le bateau au départ vers Port-en-Bessin (Gold beach) à 7h15. Le ciel est gris, il tombe une petite bruine mais la mer est calme, conformément aux prévisions de la météo marine. Le baromètre est à 1008 et continue à descendre. Coefficient de 64 aujourd’hui.
En sortant du port de Courseulles, je suis obligé de slalomer entre les drapeaux des casiers posés par les locaux et par les estivants. En face d’Arromanches une petite brume estompe les détails de la côte. Le numéro de téléphone de l’écluse noté sur le Bloc Marine 2014 est faux. Le bon numéro est le suivant : 00 33 2 31 21 71 77. Voie VHF 18 à utiliser.
A 9h15, je rentre dans l’avant-port de Port-en-Bessin. La fin de matinée est agréable, mais depuis 14h00, il pleut. Ce soir nous aurons un feu d’artifice tiré depuis la tour Vauban face au port. Quelques informations sur la tour :
- la tour d’artillerie, dite Tour Vauban, qui surplombe le port de pêche de Port-en-Bessin-Huppain a été édifiée à la fin du 17ème siècle par l’architecte Benjamin de Combes. Classée aux Monuments Historiques le 29 avril 1948, elle protégeait autrefois de ses canons la cité Portaise des incursions des navires de guerre anglo-hollandais.
La tour Vauban à Port-en-Bessin Port-en-Bessin, le port de pêche Le Goéland argenté est un oiseau de mer européen de taille moyenne. Mâle et femelle sont presque identiques
La pluie s’arrête en fin d’après-midi pour nous permettre de faire quelques courses : cidre, calvados... . Avec toute cette humidité, le feu d’artifice a été annulé. Les anglais, à couple avec nous, sont partis vers 22h00 pour l’Angleterre.
Demain, direction Grandcamp-Maisy. La halte de Port-en-Bessin n’est à considérer que comme une halte courte. Il y a des pontons pour quelques visiteurs, mais pas de port de plaisance comme ceux rencontrés le long de la côte.

Les falaises de la pointe du Hoc 09 Août : départ le matin à 8h00 car les portes seront ouvertes à Grandcamp-Maisy jusqu’à 11h49 (Omaha beach et Pointe du Hoc). Ce matin il y a beaucoup d’humidité, après la pluie qui a duré toute la nuit. Vers 6h00 tout s’est arrêté, le vent est tombé et le soleil s’est timidement levé. Le baromètre est remonté à 1008.
La houle est plus importante que prévu en sortant du port, un bon mètre. A 8h30, j’entends un appel sur le canal 16 pour un bateau en panne moteur avec 2 personnes à bord au large de Grandcamp. Le ciel est bien bleu, la mer nous arrive par trois quart avant et l’air est frais.
Nous rentrons dans le port de Grandcamp à 10h15 et sommes amarrés à 10h30 avec l’aide du responsable du port qui nous attendait sur le ponton visiteurs. Le vent se lève dans l’après-midi, mais le soleil a chassé la pluie.

Le port de Grandcamp-Maisy avec une ressemblance avec Port Guillaume à Dives 10 Août : ce matin, pluie, vent, pluie, vent... . Le baromètre est descendu à 994 hPa. Nous faisons les courses au Carrefour du coin avec des prix corrects.
Il est à noter que les sanitaires du port sont d’une propreté irréprochable. Le vent a soufflé très fort, mais la pluie s’est arrêtée en fin de matinée. Après le déjeuner, sieste puis visite du musée des Rangers qui retrace la préparation puis la prise de la pointe du Hoc pendant le débarquement du 06 juin 1944.
Pour information :
- ce musée retrace l’histoire d’une unité d’élite américaine spécialement entraînée pour réaliser le Jour J une mission particulière : l’assaut et la prise de « la Pointe du Hoc ». A l’aide de textes et de photographies, le visiteur découvre l’histoire de cette troupe depuis sa création, le 19 juin 1942 en Irlande du Nord, jusqu’à la fin de la bataille sur la Pointe du Hoc, le 8 juin 1944.
Le ponton visiteurs proche de l’écluse En fin de journée, balade en bord de mer au marché organisé tous les dimanches à partir de 18h00 pendant l’été. Au moment de se coucher, nous assistons au feu d’artifice tiré depuis la plage face au port.
Suite à un effondrement d’un des quais du port, de gros travaux sont prévus à partir de la mi-septembre. Seulement pour cela, tous les bateaux doivent avoir quitté le port pour le 15 septembre.
Juste avant l’ouverture des portes de l’écluse en fonction de la marée, une mise à niveau de l’eau avec la mer est effectuée dans le port. Le niveau baisse d’environ un mètre et de nombreuses bulles de méthane apparaissent partout. C’est comme si toute l’eau du port se mettait à bouillir. Ce phénomène est surprenant et je n’en connais pas la raison. Demain départ à 8h30 pour un retour sur Courseulles.

La réverbération du soleil sur la mer 11 Août : coefficient de 106 avec fermeture des portes à Courseulles à 13h14. Il a plu quelques gouttes en fin de nuit. La température reste fraîche. Nous partons dès l’ouverture de l’écluse à Grandcamp à 8h45. Cela nous donne plus de 4h30 mn pour couvrir les 25 milles.
Pour être dans les temps, la moyenne de doit pas descendre sous 6 nœuds. La houle prévue est de 1m, vérifiée en navigation. Elle nous arrive par trois quart arrière et Harriet se dandine. Le soleil brille et il y a peu de vent. Je règle les moteurs à 2200 trs/mn ce qui nous donne, avec le courant, une vitesse de 9 nœuds.
Un mur peint à Courseulles En face d’Arromanches, la pluie qui nous précédait, nous a attendus pour nous saluer. Le courant faibli quelque peu et la mer se creuse car les fonds remontent. A 3 milles nautiques de Courseulles, un gros orage nous accueille et les vagues se font plus soutenues.
En prenant l’axe du chenal, à un mille du port, je suis passé sur la bouée d’un casier qui n’avait rien à faire à cet endroit, probablement un estivant. Nous avons mis 3 heures pour couvrir les 25 milles depuis Grandcamp à la vitesse moyenne de plus de 8 nœuds. Le vent se calme le temps de notre amarrage car l’entrée dans le port avec tous les gros voiliers amarrés en bout de ponton ne nous laisse qu’un passage exigu.
Ce sont des hollandais qui ne sont pas sortis du fait des prévisions météorologiques mauvaises pour les voiliers (avis de grand frais au large). Repos l’après-midi puis visite du musée du Vieux Courseulles.

12 Août : pas de navigation aujourd’hui. Nous faisons le ravitaillement pour plusieurs jours. Le temps est incertain et le ciel est gris, mais la température reste douce. Ce sont les grandes marées en ce moment et le niveau de l’eau dans le port est élevé. Si le vent se mettait de la partie, je pense que le quai serait aussi sous l’eau.
Demain départ pour Ouistreham ou je compte refaire le plein du bateau à la pompe en libre-service à l’entrée du port.

Embouteillage à l’entrée de l’écluse de Ouistreham 13 Août : le ciel est clair mais la température est très fraîche à notre réveil, seulement 13° à 8h00. Le baromètre est à 1005 hPa. Le coefficient est très important aujourd’hui, 112. Nous avons 9 milles à parcourir pour rejoindre Ouistreham (Sword beach) et normalement la mer ne devrait pas être trop agitée d’après « Météoconsult ». Erreur, les creux annoncés à 0,8 m sont en réalité entre 1,5 et 2 m et le vent est largement plus fort que prévu, à 6 Beaufort au lieu de 3.
Nous partons vers 12h00 pour avoir l’écluse de 14h00 à l’entrée du port de Ouistreham. Nous mettons 1h15 mn pour parcourir les 9 milles depuis Courseulles, soit une moyenne de 7 nœuds. Moyenne très honorable à la vue de l’état de la mer aujourd’hui. Un orage éclate juste avant l’ouverture des portes de l’écluse mais se fait oublier quand nous entrons dans celle-ci.
Le ponton visiteurs est vide est nous n’avons aucun problème pour nous amarrer. L’après-midi est consacré à se reposer de notre traversée mouvementée du matin.

14 Août : nous partons vers 10h00 pour faire le plein du bateau. Je mets 465 litres de gazole à 1,37€ le litre.
Nous allons prendre l’écluse de 11h00 puis parcourir les 5 milles qui nous séparent de Dives-sur-Mer. La météo est plutôt clémente dans ses prévisions aujourd’hui, peu de houle et vent modéré à 12 nœuds.
Beaucoup de monde dans l’écluse pour aller en mer (la première de la journée) Il y a beaucoup de monde dans l’écluse, une douzaine de bateaux. C’est la première de la journée et les bateaux sortent. Le dénivelé est d’environ 2,5m. Nous sortons du sas vers 11h20 et mettons le cap pour Dives-sur-Mer.
La houle est un peu plus forte que prévue mais pas de soucis, nous avons la mer par trois quart arrière. Juste dans le chenal du port, une bonne pluie nous accueille. Cela devient une habitude. Elle nous dit au-revoir pour l’amarrage mais le vent, lui, reste de la partie et je dois m’y reprendre à 2 fois pour me mettre au ponton.
Les gendarmes sont arrivés vers 15h00 avec un corps repêché à environ 3 milles au large. Sa présence a été signalée par des plaisanciers. Il devrait s’agir de la personne, tombée à l’eau il y a une dizaine de jours face à Courseulles, dont le corps n’avait pas encore été retrouvé. Il a replu ensuite toute la journée jusqu’au soir et un froid humide s’est installé. Heureusement il y a du chauffage sur le bateau.

La mer est forte face au port de Dives-sur-Mer 15 Août : pas de navigation aujourd’hui. Le ciel est nuageux, mais pour une fois la météo ne prévoie pas d’eau. Le baromètre remonte à 1013. Il commence enfin à faire beau, mais il y a beaucoup de vent. La température est très fraiche et j’ai dû remettre le chauffage pendant 2 heures.
Comme nous sommes le 15, traditionnellement depuis que nous naviguons ensemble, à midi c’est repas gastronomique. Après ces agapes, balade en ville pour assurer la digestion.
A 21h00, nous avons droit à un « concert Vintage » sur le port. Après une heure, nous laissons la musique et allons nous coucher.

Le petit bateau qui visite les infrastructures portuaires de Honfleur 16 Août : le ciel est tout bleu, mais il fait seulement 14,7° à 8h00. Le baromètre est à 1020 et le vent est tombé. Une très belle journée s’annonce pour notre traversée vers Honfleur. Le coefficient est de 70 aujourd’hui et la météo prévoie une houle de 1 mètre maxi.
La traversée se fait sans aucun problème si ce n’est une mer de travers qui nous secoue jusqu’au chenal de Seine. Une fois dans celui-ci la mer nous arrive par l’arrière et c’est beaucoup plus reposant.
Nous arrivons à l’écluse après 2h15 de traversée, à marée haute, ce qui fait que les portes amont et aval sont ouvertes. Nous pénétrons dans celle-ci juste devant le bateau des douanes qui nous a rattrapés. Nous prenons une place sur catway dans le vieux bassin, face à la boutique des « Artisans d’art ».
Il y a énormément de monde pour nous regarder arriver, probablement du fait du concert « Rock » qui est donné sur le bord du bassin à 50 m de notre amarrage.

Un visiteur pour le vieux bassin. Beaucoup de spectateurs 17 Août : il a un peu plu au petit matin. Le baromètre est retombé à 1011. Le ciel est gris, le vent est fort ainsi que la mer. Nous restons au port jusqu’à demain ou nous partirons pour Rouen en fin de matinée.
A midi nous faisons un excellent déjeuner au restaurant « la brasserie du port » (à recommander). Mon neveu et ma nièce de passage à Honfleur nous ont fait une petite surprise en début d’après-midi en nous rejoignant au restaurant.
Petite balade digestive ensuite entre les averses qui alternent avec du soleil. On se croirait au mois de mars.

Un cargo qui descend vers la mer face à nous 18 Août : il a plu cette nuit et le baromètre est à 1008. Le coefficient de marée est de 48. Il fait seulement 16° à 10h00 du matin après un gros orage. Pourtant la météo marine ne prévoyait pas d’eau avec une fiabilité annoncée à 90%. Le port est vide, il n’y plus de bateaux au ponton visiteurs.
Pour notre retour vers Rouen, nous prenons le pont de 11h30 et sommes sortis de l’écluse 20 minutes plus tard. Le flot n’est pas encore arrivé et la mer est très forte avec des creux à 1,5 m environ. Comme la houle nous arrive par l’arrière, pas de problème.
Nous croisons notre premier bateau, une péniche, à Quillebeuf. Le porte-containers « BF Euphoria », puis « l’Atlantic Power » nous croisent à leur tour peu après.
La horde de plaisanciers anglais. Les bateaux sont tous du même constructeur A Caudebec, 2 bateaux de croisières sont amarrés, à couple, le « Paul Cezane » et le « River Venture ». Le courant commence à nous porter, notre vitesse est maintenant de 17 km/h à 15h30.
La marée étant en train de monter, les cargos nous rattrapent. Nous sommes d’abord trématés par « le Mistral », un automoteur, puis par les cargos le « Leeni » et enfin le « Laureen-C ».
En arrivant à Duclair, une horde de vedettes anglaises commencent à me trémater. Ils sont 7 bateaux et veulent passer par la droite (comme en Angleterre). Comme je m’y oppose, ils finissent par comprendre qu’en France, on trémate par la gauche. Nous arrivons au port de plaisance de Saint Gervais vers 19h00 et sommes amarrés à 19h15.
Nous avons mis 7h30 pour venir d’Honfleur, soit une moyenne de 8 nœuds. La horde qui nous avait trématés a finalement diminué sa vitesse, ce qui fait que je suis rentré le premier dans le port. A la vue de leur mode de pilotage, celui qui se réjouie est le distributeur de gazole.

Les falaises en rive droite, dans les méandres de la Seine après l’écluse d’Amfreville 19 Août : départ pour Venable. Le coefficient de marée n’est que de 40 mais nous aurons le courant contre nous pendant toute la durée de la navigation. Quelques remarques sur le port de Saint Gervais :
- il y a maintenant une station de carburant et le gazole était à 1, 415€ le litre (18/08/2014),
- la propreté des sanitaires est irréprochable,
- il n’y a pas de porte-manteaux dans les douches,
- l’accueil est toujours aussi chaleureux.
Nous partons après le déjeuner, 12h45, sous la pluie. Le courant est très fort et je mets les deux moteurs en action. A Oissel, le ponton reste toujours désespérément vide de tout bateau. Nous croisons notre premier automoteur de la journée au PK 227, « le Springer ».
La pluie a cessé et un bateau de croisière, « le Scenic Gem » nous croise à son tour. Il semble totalement vide si ce n’est la dizaine de personnes sur le pont. Nous passons l’écluse d’Amfreville, seuls. A 19h00, nous sommes amarrés aux Grèves du Lac à Venable.

Lever de soleil sur le plan d’eau des Grèves du Lac 20 Août : le baromètre affiche 1014, le ciel est bleu mais la température n’est que de 10°. Il y a beaucoup de brume sur le plan d’eau et beaucoup d’humidité sur le bateau.
Nous partons pour le port de l’Ilon à 09h30 sous le soleil enfin levé. Le ponton de Muids est désert. Aux Andelys, nous croisons un voilier anglais démâté puis un peu plus loin un plaisancier belge qui a failli aller sur la digue submergée au PK 167.
Nous sortons de l’écluse Notre Dame de la Garenne à 12h10, sous une petite pluie fine, pour déjeuner, amarrés au quai en rive droite. A Vernon, nous retrouvons 2 bateaux de croisières à couple sous le pont. Ce ne sont pas les mêmes qu’à l’aller.
Après l’écluse de Méricourt passée sans problème, toujours seuls, nous obliquons pour le plan d’eau de l’Ilon sous le vent qui vient de se lever. Je fais le plein du bateau (393 litres de gazole à 1,39€). Le soleil s’est levé en même temps qu’Eole.

Beaucoup de trafic montant aujourd’hui sur la Seine 21 Août : ce matin baromètre à 1015, pas de vent mais seulement 10° comme hier. Les anglais rencontrés à St. Gervais sont arrivés, du moins ceux qui ont réussi à passer sous le pont à l’entrée du plan d’eau. Eux aussi ont fait le plein. Ils repartent pour le port de Cergy Pontoise avant d’aller sur Paris.
Je parts pour ma destination finale, Port Saint Louis, après déjeuner vers 12h30. A mon arrivée au port, horreur, ma place est occupée alors que le port connait ma date de retour. Ce petit incident sera vite réglé par le déplacement de l’intrus. A 17h15, je suis de nouveau amarré, à ma place habituelle.

22 Août : le ciel est nuageux pour débarquer, mais il ne pleut pas et la température est de 16° à 8h30. La nuit a été calme, mais maintenant place aux bagages car nous quittons le bord vers 10h00.

Pour cette croisière 2014 en Normandie, j’ai consommé environ 900 litres de gazole. L’horamètre des moteurs indique :
- Bâbord = 2355.0
- Tribord = 2355.3
L’entrée de la nouvelle Marina Port Saint Louis, en rive droite au PK 81 Soit depuis l’année dernière 120 heures moteurs (environ 850 km parcourus ou 460 miles nautiques), pour une consommation de 7,4 litres à l’heure en moyenne (par moteur). La vitesse moyenne ne peut être calculée car je navigue tantôt sur un, tantôt sur deux moteurs.
Cette année, je n’ai rencontré pratiquement aucun plaisancier français. Dans les ports de mer, les hollandais étaient majoritaires, suivis des anglais et de quelques belges ou allemands.
Le trafic des bateaux de croisières sur la Seine est en hausse par rapport aux autres années, mais ils semblent naviguer pratiquement à vide.

Le château de la Roche-Guyon
Le centre Juno beach