Bienvenue sur Plaisance et Plaisanciers

Le chantier EVANS à Migennes
CROISIERE 2015 : aller simple pour le chantier EVANS à Migennes
Pour lancer l'affichage, cliquer sur les photos
28 Juillet : notre destination est la Bourgogne, plus exactement le chantier naval EVANS à Migennes. Après une mise en concurrence pour repeindre entièrement Harriet, avec plusieurs entreprises, j'ai retenu ce chantier à Migennes (devis très détaillé et bon feeling pendant la visite sur place).
J’ai donc passé un contrat avec EVANS pour refaire entièrement la peinture de Harriet. Ce chantier a très bonne presse sur l’eau en France et même à l’étranger.
La halte de Conflans Sainte Honorine Cette année, nous ne sommes que trois comme l’année dernière, mon épouse, ma sœur et votre serviteur. Nous partons après le déjeuner avec un vent assez fort, vers 14h30. Il fait 21° et il n’y a pas beaucoup de monde sur l’eau hormis un bateau école. Notre étape ce soir sera Bougival juste après l’écluse. Je marche sur le moteur tribord à 2200 trs/mn ce qui me donne une vitesse de 10,5 km/h en Seine à contre-courant. Harriet à Bougival Nous attendons une vingtaine de minutes à Andrésy avant de prendre le petit sas après la sortie d’un plaisance anglais. Le sassement se fait en douceur malgré le vent. En passant devant Conflans Sainte Honorine, j’aperçois la nouvelle halte de plaisance en rive droite.
Quelques gouttes de pluie nous apportent un peu de fraicheur vers 17h00. Le Geronimo nous trémate peu après. Nous avons 15 minutes d’attente à Bougival. Le bateau est amarré en rive droite à la sortie de l’écluse, juste avant le pont à 18h30. Un plaisancier Belge est déjà là, mais il reste de la place.

29 Juillet : : ce matin, il n’y a que 13° à 7h00, mais le ciel est bleu. J’ai mis le chauffage en route car mes deux passagères avaient froid. Un abruti fait du feu malgré la sécheresse Nous partons vers 8h30 et sommes trématés par le Mattariza juste avant le pont de l’ile Saint-Denis. Nous passons ensuite l’écluse de Suresnes sans soucis malgré le vent qui se lève et le ciel qui devient gris. Nous avons juste 10 minutes d’attente avant de rentrer dans le sas.
La traversée de Paris se fait tranquillement, il y a peu de navigation à cette heure. A l’écluse de Port-à-l’Anglais nous somme à couple de La Rose des Sables (sous pavillon belge avec un capitaine très sympathique), juste devant le Cyclone. Nous attendons ensuite 1h30 à Ablon-sur-Seine. Une seule écluse fonctionne et il y a beaucoup de trafic. En navigation, nous croisons en rive gauche un abruti qui fait du feu malgré la sécheresse que nous vivons cette année. Nous entrons au Port aux Cerises à Draveil, PK 146,5, vers 17h30. L’amarrage se fait facilement dans une place exiguë car il n’y a pas de vent. Merci Eole.

LLa plaquette du Port aux Cerises 30 Juillet : pas de navigation aujourd’hui. Le temps se met au beau et la température est douce. Nous en profitons pour aller sur le marché de ce jeudi, raison pour laquelle nous sommes restés. Celui-ci n’est pas à un kilomètre du port comme indiqué par la capitainerie, mais à environ 2 km.
Une remarque sur les sanitaires mis à disposition des plaisanciers contre redevance :
- peut nettement mieux faire.
Pas de VHF pour accueillir les bateaux et personne sur les pontons. La plaquette publicitaire est mensongère car elle indique le canal 9 pour la VHF, avant d’entrer sur le plan d’eau. Un point positif quand même, le tarif est de 25 € pour nous la première nuit et de 12,5 € la seconde (demi-tarif).
Le reste de la journée, après un bon repas, est consacré à ... ne rien faire.

31 Juillet : le ciel est bleu, mais il ne fait que 13° à 7h30. Je suis obligé de mettre le chauffage en route, toujours pour les mêmes raisons. Nous partons pour Melun après le petit déjeuner. Nous sortons du port sans problème après un demi-tour limite (la place était réduite) sans vent. Encore merci Eole. Nous sortons du port juste derrière le Tom Pouce, bateau déjà rencontré à Melun en 2009 au retour de notre croisière jusqu’à Auxerre avec le Carpe Diem.
Il est 8h45 et déjà deux plaisanciers font leur apparition derrière nous. La halte de Melun, le soir Nous passons l’écluse d’Evry tout en douceur avec eux. Un troisième plaisancier nous rejoint à l’écluse de Coudray que nous passons après 15 minutes d’attente. Après un appel téléphonique au gestionnaire de la halte de la Reine Blanche, à Melun, on m’indique qu’il y a de la place. Le ciel est toujours bleu, mais la température reste fraiche.
Nous sommes amarrés au pied de la Médiathèque, en rive droite, pour le déjeuner. La température commence à s’élever doucement. Une mention « très bien » pour cette halte qui offre le Wifi, l'eau et l'électricité pour 7 € pour un bateau d’une longueur inférieure à 10m et 12 € pour un bateau d’une longueur supérieure à 10m. Merci Monsieur le Maire de Melun.
Le point négatif, est qu’il n’y a qu’une seule borne d’eau et d’électricité sur un quai long d’environ 200 m. Il faut choisir la bonne place, ... si elle est libre.

Le pêcheur de Saint Mammès 01 Août : ce matin, il n’y a aucune humidité. La température est de 16,5° à 8h00. Le ciel est nuageux, mais il n’y a pas de vent. Nous passons l’écluse de La Cave avec un automoteur (Le Futur) chargé de cartons compressés. Il ne s’est pas amarré, malgré la réglementation qui stipule qu’il est obligatoire de s’amarrer dans une écluse. Le ciel est toujours nuageux et nous attendons le soleil. A Héricy, il y a une halte en rive droite avec borne électrique et la place pour deux bateaux. Nous passons l’écluse de Champagne avec un automoteur et l’interdiction formelle de s’amarrer à l’échelle (par haut-parleur), mais rien n’est prévu pour la plaisance. VNF encaisse nos vignettes mais, ... . Nous sommes amarrés à Saint-Mammès à 12h30. Le wifi n’est vraiment pas à la hauteur et la halte est complète avec l’arrivée d’un bateau de 12m peu après nous. Nous avons eu de la chance. La canne à pêche du pêcheur (sur la photo) a déjà été volée 2 fois d’après l’information donnée par la gestionnaire de la halte, d’où sa tristesse.

02 Août : il fait beau et chaud aujourd’hui. C’est jour de marché et nous ne naviguons pas. Après quelques courses et un bon repas, nous profitons de la journée pour nous reposer sous un chaud soleil. L’après-midi est consacré à regarder l’entrainement des jouteurs nautiques juste devant notre amarrage.

L’entrainement aux joutes nautiques. Même les filles ! L’entrainement aux joutes nautiques. A l'eau ! L’entrainement aux joutes nautiques. Il n’y a pas d’âge !

03 Août : il fait chaud et beau. Je complète mon plein de gazole vers 10h30, en ajoutant 200 litres auprès des établissements Bouillet (01 64 23 00 83), juste face à la halte. ULa halte fluviale de Montereau-Fault-Yonne Le gazole m’est facturé 1,44€ le litre ce qui somme toute reste raisonnable.
Au PK 80,5 en rive gauche, la bouée verte indique une péniche coulée à peine visible sous la surface. Nous arrivons à Montereau-Fault-Yonne vers 12h20 après le passage de l’écluse de Varennes-sur-Seine avec un pousseur et un automoteur. La halte est complète et je me positionne en bout de ponton des petits bateaux en attendant des jours meilleurs. Pendant le repas, une place se libère au ponton principal et je m’empresse de la prendre. Nous venons de quitter la Seine et sommes maintenant sur l’Yonne.

04 Août : Il a plu hier soir et cette nuit. Ce matin, la température est plus supportable qu’hier. Nous faisons les courses après le petit déjeuner sous un ciel qui se dégage progressivement. Je profite de l’après-midi, sous un chaud soleil, pour monter sur les hauteurs qui dominent la ville, en passant par les caves Saint-Nicolas. Le point de vue est superbe.
Sur les hauteurs, au-dessus des caves Saint Nicolas En fin de journée, une péniche hollandaise de 18 m sous pavillon français, « le Baltic II » vient s’amarrer. A 20h15, extinction des feux. Cet idiot, relié à la borne électrique du ponton, a mis en fonctionnement son four électrique et ses plaques électriques. Résultat, plus de jus à la borne. Sa seule excuse est que son petit fils est cuisinier. Encore un abruti qui se croit tout permis. Cette consommation électrique ne pose probablement pas de problème à Deauville, mais à Montereau-Fault-Yonne sur un petit ponton, ce n’est pas la même chose. Heureusement, j’ai réussi à contacter le gestionnaire de la halte, qui gentiment est revenu sur place pour régler le problème. C’est toute l’installation qui avait disjoncté.
Con
« Ah ces cons qui osent tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît ».

Un peu d’histoire à propos des caves Saint-Nicolas :
- Redécouvertes dans les années 1970, lors des travaux d’élargissement de la RN 5 bis, les caves intriguent derrière leurs grilles... Durant plusieurs années, vignerons et négociants y entreposèrent leurs tonneaux jusqu’à la disparition du vignoble monterelais au XIXe siècle. A côté de la station-service, la Cave aux Contreforts servait encore il y a une trentaine d’années d’entrepôt aux bouchers.
Pour lire la suite, le lien est en bas de page ...

La halte fluviale de Sens 05 Août : la température est douce en partant ce matin, 21°. Les horaires de navigation sont désormais de 9h00 à 19h00 avec une heure d’arrêt entre 12h30 et 13h30. A la première écluse, Cannes, les bajoyers sont inclinés. Le canal VHF est le 69 jusqu’à Joigny. Je navigue à 1800 trs/mn pour une vitesse de 9,5 km/h sur un seul moteur. Nous nous arrêtons à Pont-sur-Yonne pour le déjeuner. Il y a un ponton et suffisamment d’eau en rive gauche juste avant le pont.
Nous éclusons seuls jusqu’à Sens que nous atteignons vers 15h00. A notre arrivé, les plaisanciers déjà sur place viennent nous aider pour l’accostage. Merci. Nous sommes amarrés juste avant le pont. L’électricité est gratuite. Il n’y a qu’une seule borne (beaucoup de prises ne fonctionnent plus) et il est nécessaire d’avoir de grandes rallonges, 70 m pour nous. Pour l’eau, un seul robinet à environ 90 m, heureusement j’ai fait le plein avant de partir de Montereau-Fault-Yonne.
La halte est totalement gratuite, merci Monsieur le Maire.

06 Août : la température est restée très élevée cette nuit. Ce matin à 8h30, il fait déjà 21,5°. Il n’y a pas de vent et pas d’humidité sur et dans le bateau. Nous allons à l’Intermarché proche de la halte (environ 800 m) pour faire quelques courses. A notre retour, nous sommes seuls le long du quai.
L’après-midi s’étire doucement. En fin de journée, trois bateaux dont le Baltic II viennent nous rejoindre. J’espère qu’il ne va pas se brancher et qu’il ne fera pas sauter la borne. Inch Allah. Le ciel est toujours bleu et la température accablante.
Ecluse à bajoyers inclinés en cours de remplissage Cathédrale St-Etienne de Sens La halte fluviale de Sens, à la nuit

07 Août : la température ce matin est fraiche, 19° à 8h00, mais le ciel est bleu et il y a du vent. Un premier bateau est déjà parti pour Saint-Mammès, mais pour nous ce sera Joigny à la base Locaboat, qui m’a confirmé qu’il pouvait m’accueillir en bout de ponton. Nous appareillons en douceur vers 8h30. A l’écluse de Villeneuve et à celle d’Armeau, les éclusiers ne répondent pas aux appels VHF. Je passe l’écluse d’Armeau avec un bateau de location « Le Boat ». L’accueil est sympathique à Joigny ou j’ai prévu de passer 2 nuits. L’impossibilité d’être en bout de ponton qui condamne la descente à terre de mon épouse, m’incite à ne rester qu’une nuit. Demain je partirai pour Auxerre. La capitainerie m’offre les douches. Merci Joigny.
Joigny by night Villeneuve-sur-Yonne Joigny

08 Août : ce matin il fait 21° à 7h30. Le ciel est un peu gris. Je prépare le bateau pour partir en direction d’Auxerre. L’écluse n’ouvre qu’à 9h00 mais une petite péniche sous pavillon anglais démarre dès 8h30 pour parcourir les 2,5 km qui nous séparent de l’écluse du Pêchoir. Repas en navigation en attendant l’écluse Un petit vent nous accompagne dans l’écluse. Depuis Joigny, le canal VHF est devenu le 12. Après l’écluse d’Epineau, je trémate le bateau anglais qui va s’arrêter à Migennes.
Sur le canal de dérivation entre l’écluse de Raveuse et Gurgy, il y a une quantité impressionnante d’arbres qui ont été abattus. Le canal est nu. Un léger choc sur la coque au PK 12 me réveille de la torpeur qui m’envahit en naviguant à 6 km/h. Je passe ensuite l’écluse de Moneteau en ayant déjeuné en navigation à 2 km/h entre 12h30 et 13h30.
Le Locaboat de 15 m qui m’accompagne a bien du mal à entrer dans l’écluse. Seuls deux jeunes sont à bord. Les parents, des allemands, sont partis en vélo. Il a fallu que je me fâche car il confiait l’amarre avant du bateau à un gamin d’à peine 10 ans qui n’avait visiblement pas la force nécessaire, le père se contentant de regarder. Des inconscients.
Le Callipyge, ex Carpe Diem Il y a beaucoup de circulation, des locations, et nous sommes obligés d’attendre à chaque écluse jusqu’à Auxerre. A la sortie de l’écluse de Boisseaux, quelle n’est pas ma surprise de croiser le Callipyge, ex Carpe Diem, qui attend pour entrer dans l’écluse. Il est pimpant dans une belle robe beige. Après quelques échanges radio, j’ai appris que le bateau était maintenant basé à Moret-sur-Loing.
J’en profite pour vous indiquer que j’ai augmenté mon vocabulaire fluvial. Un bateau privé se dit « un privé » et un bateau de location se dit « une boite ». Cela donne des échanges radio entre écluses du type : « j’ai 2 boites et un privé qui sortent ».
Nous arrivons à Auxerre vers 16h00 et je m’amarre à quai avec 20 cm de marge devant et derrière. Heureusement le vent est nul sinon l’amarrage aurait été impossible. En fin de journée, nous avons droit à une petite pluie qui nous apporte un peu de fraicheur.

Un bateau de location amarré perpendiculairement à la rive 09 Août : il y a eu un gros orage cette nuit et ce matin il continue à pleuvoir. Nous ne naviguons pas aujourd’hui. La pluie s’arrête enfin vers 13h00. La température est douce mais le ciel est gris.
Beaucoup de locations arrivent en fin de journée et cherchent une place pour s’amarrer. Ils le font en rive gauche mais étant trop nombreux, un bateau de 15 m (un Le Boat) décide de se mettre perpendiculairement à la rive. Heureusement il n’y a pas de vent sinon ... . Une péniche de 25 m vient s’amarrer derrière moi après le déplacement de 2 bateaux non habités par le responsable du port.

10 Août : ce matin il fait très beau et la température est déjà de 21° à 8h30. Nous faisons les courses à l’E-Leclerc juste derrière le port avant qu’il ne fasse trop chaud. Le soleil brille et les locations repartent les uns après les autres vers le canal du Nivernais. Mais beaucoup sont restés pour visiter la ville et le soir le problème du stationnement se repose. Pas moins de 8 bateaux sont arrivés.
A l’heure de l’apéritif, ou normalement la fraicheur devrait s’installer, il fait toujours 30°. Un petit peu d’air nous accompagne quand même sur le pont pendant ce moment de convivialité.
La rive gauche de l’Yonne à la tombée de la nuit Abbaye Saint Germain à Auxerre Harriet amarrée à Auxerre non loin de la capitainerie

11 Août : ce matin ciel bleu, pas de vent mais le baromètre indique 1003 hpa, en hausse. Cela indique le beau temps qui revient. Nous partons vers 8h45 pour l’écluse de La Chaînette. Des locations, en aval de l’écluse font des ronds dans l’eau Il m’a fallu baisser l’arceau radar car le pont de la Tournelle juste avant l’écluse est trop bas. Après 1h30 de navigation, nous avons déjà passé 4 écluses. A la sortie de celle de Raveuse, 3 bateaux de locations montants qui attendent, sont agglutinés au milieu de la rivière, dans le mauvais sens. A mon approche, on sent la panique dans les manœuvres pour libérer le passage.
A 12h30, pour le déjeuner halte dans l’écluse de Bassou qui est ouverte pour nous. Il fait de plus en plus chaud. Des locations, en aval de l’écluse font des ronds dans l’eau, alors qu’ils pouvaient aller à couple derrière les péniches. Cela leur aurait permis de déjeuner tranquillement.
Le chantier EVANS vu depuis l’Yonne Nous finissons tranquillement de déjeuner et discutons longuement avec l’éclusier en buvant le café. En arrivant à l’entrée du canal de Bourgogne, une barge en cours de dragage nous bloque le passage. Elle reste sourde à mes appels VHF. En contactant l’éclusier par téléphone (06 72 18 47 67), celui-ci obtient que le passage soit libéré pour nous donner accès à l’écluse. Le niveau de l’Yonne a été remonté de 10 à 15 cm pour éviter les risques de manque d’eau, ce qui entraine que je frotte légèrement en entrant sous la voute de Laroche (le compas électronique du pilote).
Plus de peur que de mal, heureusement, celui-ci fonctionne toujours. Vingt minutes plus tard nous sommes amarrés sur le plan d’eau. Ce sera le terme de notre voyage avant de laisser le bateau au chantier tout proche.

Le Harriet sur le plan d’eau à Migennes 12 Août : ce matin je prends le train pour mon domicile pour récupérer ma voiture et aussi le chat de la maison pour qui ce sera une première sur le bateau.
Ce mercredi est une très belle journée, très chaude, mais peu après mon retour à Migennes en fin d’après-midi, une mini tornade s’est abattue sur le plan d’eau avec des vents tourbillonnants qui soulevaient beaucoup de poussière. Des vaguelettes de 25 à 30 cm sont apparues en quelques minutes. Le ciel est devenu noir, mais nous n’avons pas eu d’eau. Heureusement ce phénomène a été très court. J’ai dû refaire le pointage de ma parabole pour la télévision car celle-ci avait subi les assauts du vent.

Le pont-canal à Saint Florentin (canal de Bourgogne) Du 13 août au 19 août 2015 : ayant la voiture, il est très facile de faire les courses et de rayonner dans la région. J’en profite donc pour refaire le plein de Chablis auprès du Domaine Jean Collet et Fils que je connais depuis 2009. Sans oublier des ballades à Tonnerre, Saint Florentin, etc. Puis le 19 août, retour à mon domicile avant de revenir vider le bateau avant de l’emmener au chantier.




Pour cette croisière 2015, j’ai consommé environ 350 litres de gazole. L’horamètre des moteurs indique :
- Bâbord = 2387.3
- Tribord = 2391.1
Soit depuis l’année dernière 68 heures moteurs (environ 320 km parcourus), pour une consommation de 4.7 litres à l’heure en moyenne (par moteur). Cette année, beaucoup de bateaux privés sous le pavillon britannique, et pratiquement aucun hollandais. A partir de Saint-Mammès, énormément de locations. Il a eu quelques restrictions de navigations sur le canal de Bourgogne et même sa fermeture peu avant le 19 août.


26 Août : trois voyages ont été nécessaires pour vider le bateau. Ce déménagement est indispensable du fait que toutes les fenêtres et hublots vont être démontés pour la peinture et surtout pour changer les joints.
Départ du plan d’eau à Migennes à 14h30. Le temps de passer l’écluse de Laroche, 5 mn de navigation et nous voilà au chantier. La sortie du bateau s’est fait une heure plus tard environ. Harriet est maintenant à terre jusqu'à l'année prochaine.
Harriet est à terre Harriet commence à prendre de la hauteur Harriet se prend pour un oiseau

Caves Saint Nicolas
Vin de Chablis