Bienvenue sur Plaisance et Plaisanciers

Les News
Archives-2015 Archives-2016 Archives-2017 LES NEWS 2018
Pour lancer l'affichage, cliquer sur les photos



Cette nouvelle rubrique a pour but de vous transmettre des informations, vous qui venez me visiter. Ces « News » vous informeront sur des sujets divers et variés comme :
- la vie du port (La nouvelle Marina Port Saint Louis) et ses démêlés avec Port de Paris,
- l’attente d’un plaisancier (recherche, ...),
- des infos sur la voie d’eau (la Seine),
- ou tout simplement porter à votre connaissance une information.


La décrue de la Seine (février 2018)

La décrue de la Seine est très lente. La côte est toujours à 3,59m à 16h00 ce vendredi 16 février.

   

Photographie prise le 16/02/2018

La crue de la Seine 2018, les ports en Seine Aval et sur l’Oise

West Marina située à 30 km de Paris, en bord de Seine au PK87 en rive droite, présente quelques soucis pour accéder aux bateaux.
Boat Paradise face à Conflans-Sainte-Honorine en rive gauche, les pontons ne sont plus accessibles.
A Port Cergy les pontons restent accessibles mais que d’eau.

           

Ces photographies ont été prises les 27, 28 et 29 janvier 2018

Triel-sur-Seine : les opposants au projet de port industriel restent mobilisés

Les associations s’étonnent que le préfet des Yvelines souhaite faire appel de la décision de rejet du tribunal administratif de Versailles dans le dossier du port industriel.

La joie a laissé la place à l’inquiétude chez les associations hostiles au projet de port industriel, à Triel-sur-Seine. Ils sont inquiets, et incrédules, depuis que le préfet des Yvelines Serge Morvan a confié son intention de faire appel de la décision du tribunal administratif de Versailles. Le 11 janvier dernier, la justice a retoqué le projet, évoquant des « inexactitudes », « imprécisions » et « omissions » sur des éléments constitutifs du dossier, selon leur avocat, maître Alexandre Faro, qui a eu accès au jugement. « L’étude d’impact est au cœur de la décision administrative », ajoute le conseil.
« J’ai été particulièrement étonné d’apprendre la décision du préfet et je ne peux que l’inviter à revoir son jugement », insiste Anthony Effroy, élu d’opposition à Carrières-sous-Poissy et président de l’association Rives de Seine nature environnement. Depuis le début, le projet porté par Haropa ports de Paris a récolté plusieurs avis négatifs, à commencer par celui du commissaire enquêteur, puis du rapporteur publique. Dans ses conclusions, cette dernière émettait également des doutes sur l’intérêt économique de la plate-forme.
Depuis, de nombreux élus du territoire ont rejoint les rangs des opposants. Le maire (LR) de Villennes-sur-Seine Michel Pons fait d’ailleurs partie du collectif qui a attaqué la déclaration d’utilité publique du projet. Les députées (LREM) Natalia Pouzyreff et Michèle de Vaucouleurs ont émis des réserves à ce projet tel qu’il est actuellement présenté. Les élus de Triel-sur-Seine prévoient à leur tour de marquer leur opposition, lors du prochain conseil municipal, le 7 février.
Mais tous ne partagent pas cette position. Un maire de la vallée de la Seine avoue ne pas comprendre la décision du tribunal administratif. « Le projet validé par l’État est rayé d’un trait de crayon », s’étonne l’élu. La bataille est donc loin d’être terminée.

Source : le Parisien Yvelines, Virginie Wéber le 29 janvier 2018

La crue de la Seine en 2018 à la nouvelle Marina Port-Saint-Louis

     

Ces photographies ont été prises en janvier 2018 à la nouvelle Marina Port-Saint-Louis
Samedi 27 janvier 2018

La crue de la Seine en 2018 à la nouvelle Marina Port-Saint-Louis

     

Ces photographies ont été prises en janvier 2018 (le 8 janvier pour la première, le 18 janvier pour la deuxième et le 25 janvier pour la dernière).
Jeudi 25 janvier 2018

La crue de la Seine en 1910

L’inondation de janvier 1910 est le résultat de plusieurs éléments météorologiques simultanés, qui se sont conjugué à la situation géographique de Paris et la réaction des sols :
- un été particulièrement pluvieux et un hiver marqué par de fortes précipitations (des chutes de neige importantes et des pluies torrentielles touchent toute l’Europe à partir de l’automne 1910) ;
- des terres saturées d’eau, entraînant une forte montée de la Seine en amont (les affluents de la Seine, comme la Marne et l’Yonne, sont aussi en crue).
Pour lire la suite : dossier archives de Paris

Mardi 23 janvier 2018

Port de fer contre pot de terre : la ténacité a payé

La décision du tribunal administratif de Versailles a scellé la fin de ce vieux rêve technocratique d'un autre âge ! Cette victoire symbolise la ténacité des habitants qui se sont montrés efficace pour démontrer "l'inutilité publique" de cet ouvrage. Un rappel des faits politiques et des actes méritoires qui ont conduit à ce résultat.

Le port C’était une décision très attendue par les riverains et par les associations de protection de l’environnement ; initialement programmé pour le 21 décembre 2017, le jugement des magistrats de la Cour administrative de Versailles a été rendu le jeudi 11 janvier. Dans leurs ordonnances, les juges annulent la déclaration d’intérêt général et l’arrêté du préfet des Yvelines nécessaire à l’aménagement de la plateforme portuaire dans les communes de Carrières-sous-Poissy et Triel-sur-Seine.
Cette victoire appartient au collectif qui s'est constitué en 2013 : il a permis de mener une lutte acharnée sur deux plans, politique et environnemental. De plus, il a organisé une série de manifestations qui ont marqué les esprits de ceux et de celles qui avaient planifié ce projet d'une autre époque.
D'abord, un citoyen-élu a fait bouger les frontières de l'impossible avec l'aide et le concours avisé de plusieurs conseillers de l'ombre. Anthony Effroy, conseiller municipal de Carrières-sous-Poissy et président de l’association Rives de Seine Nature Environnement, a été un catalyseur de premier niveau. Il a savouré cette victoire, en déclarant que ce jugement s’inscrit dans la continuité des décisions défavorables qui ont ponctué ce projet depuis son lancement : «Après les avis défavorables de l’Autorité Environnementale (AE) et du commissaire-enquêteur, les conclusions particulièrement sévères du rapporteur public lors de l’audience du 7 décembre dernier, c’est au tour du Tribunal administratif de Versailles de sanctionner ce projet en annulant toutes les autorisations nécessaires à la réalisation de ce port industriel».
Quant aux habitants de Villennes, ils ont pris leur part du combat : plusieurs manifestations fluviales ont retenti partout en Île-de-France. Le président de la copropriété de l'île a fait appel à un avocat de premier rang dans les cercles de la République. Il était, certes, parfois difficile de coordonner des actions diverses et variées, mais la présence de M. Michel Gatta, gérant de la Marina Saint-Louis a permis un ancrage dans le territoire et des actions festives, militantes à tonalité politique. Par exemple, à partir de la Marina Saint-Louis, la marche d'avril 2013 a rassemblé plus de 400 personnes dont le maire de Carrières-sous-Poissy, Christophe Delrieu.
Sur le plan politique, les élus écologistes, dont Mme Ghislaine Senée, ont participé à toutes les actions et ont fait bloquer les financements d'une partie des études préalables à la mise en place de ce projet. Les écolos ont été constants face à une myriade d'élus qui ont changé d'avis : M. Delrieu est arrivé au pouvoir en se positionnant contre le projet du port ; ensuite, il a trahi "ses convictions". Par contre, la prise de position du maire de Villennes de l'époque, M. François Gourdon, et de son conseil municipal a été un "coup de tonnerre" le 11 octobre 2013 : "On (était) contre le projet du Port de Triel et l'on assumait !". Certes, au départ il devait avoir juste une motion qui indiquait les contraintes écologiques et acoustiques si le port devait se faire. Toutefois, comme Ports de Paris avait annoncé par la voie de l'intercommunalité de l'époque (CA2RS) que la mixité entre le port industriel et le port de plaisance actuel n'était pas faisable techniquement, le maire de Villennes avait demandé au conseil municipal de le suivre dans la démarche de s'opposer aux maîtres d'ouvrage, Ports de Paris et la CA2RS. "Ce projet apportait une nuisance considérable" et de ce fait, "il a regretté" de devoir s'opposer à ce projet. Il faut enfin mentionner l'ancien député Pierre Morange qui avait aussi dénoncé ce projet.
Désormais, nous constatons que le vent a changé. Ainsi, Eddie Aït a salué dans un communiqué du 11 janvier "la ténacité des opposants aux projets et demande à la Communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise de réaliser une étude d’impact". Vraiment, nous aurons tout vu avec cet ancien maire de Carrières-sous-Poissy resté conseiller municipal, conseiller régional d’Île-de-France (Mouvement radical), membre de la commission Transports : pourfendeur de la Marina Saint-Louis, bétonneur et autoritaire quant aux projets tels l'éco-port de Triel et la Centralité. Entre tables rondes et moratoires, tous les politiques devaient se rendre à l'évidence : ce projet n'était ni fait ni à faire.
Les craintes des riverains générées par le projet de cette infrastructure portuaire, désormais légitimes, ont donc été plus fortes que les annonces de créations d’emplois et les discours sur les nécessités économiques du secteur. Après la décision de son annulation, il est, maintenant, urgent de faire réaliser une étude d’impact, afin de mesurer les conséquences sur l’aménagement et la desserte de l’Eco-pôle situé à proximité immédiate.

Par : Rodrigo Acosta Vendredi, 12 janvier, 2018 – 18 : 35
Article sur le journal des deux rives

Triel-sur-Seine - Carrières-sous-Poissy : le projet de port industriel retoqué par les juges

Le tribunal administratif a rejeté ce jeudi l’autorisation d’aménagement du port. Il y a désormais peu de chances de voir se construire un tel équipement dans ce secteur.

Projet du port
Ce projet porté par les Ports de Paris a été rejeté par les juges.

Il n’y aura sans doute pas de port industriel dans le secteur de Triel-sur-Seine. Le tribunal administratif de Versailles a retoqué ce jeudi ce projet d’envergure régionale qui devait être érigé en lieu et place de l’actuelle marina de plaisance. Les magistrats ont également annulé l’arrêté préfectoral autorisant sa construction.

Cette annonce n’est pas vraiment une surprise. En décembre dernier, le rapporteur public avait déjà refroidi les partisans du port. Dans ses conclusions, elle doutait de son intérêt économique. L’argument du nombre d’emplois créés (entre 300 et 700) n’avait pas convaincu la magistrate dont les analyses sont en général suivies par le tribunal. Les risques environnementaux de cet équipement fluvial ont également pesé. En outre, le commissaire enquêteur avait déjà rendu un avis négatif sur le projet.

Les motivations précises des juges seront connues dans les prochains jours, lorsque les ordonnances seront rendues publiques. Les impacts sanitaires et environnementaux négatifs ont été très certainement retenus, analyse Anthony Effroy, conseiller municipal (SE) de Carrières-sous-Poissy et président de l’association Rives de Seine nature environnement, hostile au projet. Cela démontre bien que, contrairement à ce qui a pu être dit, nous ne nous sommes pas battus pour de petits intérêts particuliers. Notre combat relève de la défense de l’environnement. Treize personnes avaient attaqué le projet.

A l’étude depuis les années 1990 et porté par Ports de Paris, ce port de 34 ha s’intégrait à un vaste éco-pôle. Il devait limiter l’usage du transport routier à l’intérieur de ce futur quartier industriel qui a perdu, depuis ce jeudi, une partie de sa substance. « Notre objectif était de développer le transport fluvial pour acheminer les matériaux de chantier préparés dans les ateliers de l’éco-pôle, assure Philippe Tautou, président (LR) de la communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise. S’il n’y a pas de port, les éléments seront transportés par la route. Et de fait, cela augmentera le nombre de camions dans le secteur». Cela n’empêchera pas l’aménagement d’éco-pôle, assure l’Epamsa (Etablissement Public d’Aménagement du Mantois Seine Aval) aménageur de la zone, qui prévoit d’implanter des entreprises dédiées à l’écoconstruction à Carrières-sous-Poissy, dans le prolongement du port. Les matériaux seront destinés aux chantiers d’Ile-de-France.

Contacté, Port de Paris n’a pas souhaité faire de commentaires.

Source : Le Parisien Yvelines du 12/01/2018

La crue de la Seine en janvier 2018

L'accès à la rampe de mise à l'eau ainsi qu'aux pontons. Il faut y aller à la nage

Tous mes voeux 2018


L'accès à la Marina par la Seine, bientôt seul le panneau sera visible (vue depuis les pontons)

Tous mes voeux 2018

Lundi 08 janvier 2018

Bonne Année 2018

Tous mes voeux pour cette nouvelle année pleine de belles navigations

Tous mes voeux 2018

Lundi 01 janvier 2018

Mise à jour le 16-Fév-2018