Bienvenue sur Plaisance et Plaisanciers

Le port à Chatillon
LOCATION 2010 SUR LE LATERAL A LA LOIRE ET SUR LE NIVERNAIS
Pour lancer l'affichage, cliquer sur les photos

Le plan du tarpon 37N 15 Mai : nous arrivons à Digoin après un voyage sans histoire sous un ciel gris et quelques gouttes d’eau. Nous ne sommes que quatre pour cette croisière d’une semaine sur un Tarpon 37, mon épouse, ma sœur, mon neveu Jessy et moi-même. Nous prenons la décision de faire convoyer nos deux véhicules jusqu’à Châtillon en Bazois. Ce sera plus simple pour le retour. Il n’y a pas beaucoup de monde et nous prenons possession de notre bateau, dont la devise est « Le bleuet », avec deux heures d’avance sur l’horaire prévu.
Vue du port de Digoin Nous partons vers 15h15 vers Decize, … du moins c’est ce que je crois.
Il va me falloir 3 écluses pour me rendre compte que je suis sur le canal du Centre en direction de Paray-le-Monial. A l’écluse 24 « Les Quarrés » je fais demi-tour à la sortie et je ré-entre aussitôt dans l’écluse en direction de Digoin. Heureusement il ne pleut pas, mais la température est très fraîche. Nous passons donc notre première nuit à Digoin sans avoir à donner d’explications à notre arrivée, du style « déjà de retour, un problème, … », la base est fermée. J’en connais qui vont rire en lisant ces lignes.

16 Mai : le temps est gris ce matin, il ne pleut pas et il n’y a pas de vent. Nous partons vers 09h00, dans le bon sens ce coup-ci en passant sur le pont-canal, petit frère de celui de Briare. Le soleil qui fait la grasse matinée ne se lève que vers 11h00, peu de temps avant notre arrêt déjeuner à Pierrefitte sur Loire. Nous naviguons avec un autre plaisancier depuis notre départ. Il nous quitte à l’embranchement de Dompierre sur Besbre. Nous croisons quelques bateaux de location ou des bateaux privés, avec le drapeau anglais. Nous nous arrêtons pour la nuit juste avant l’écluse de Vanneaux, face à Gannay sur Loire au PK 52.C’est une petite base sympathique avec eau et électricité pour 6 euros par nuitée. Une superbe Linssen 402 est amarrée dans ce petit port.
Traversée de la Loire sur le pont-canal L'arrêt du soir à Gannay sur Loire Une superbe vedette Linssen 402 SX

Le canal Latéral à la Loire 17 Mai : le temps est toujours gris. Le passage de l’écluse est prévu à 09h00. Je fais de l’eau avant le départ car les femmes consomment beaucoup. La température est douce et il ne pleut plus quand nous passons la seconde écluse vers 10h00 avec un plaisancier Allemand, nous étions attendus. Devant l’embranchement de Decize, je le trémate car il n’avance pas et je veux être à Nevers ce soir. Nous nous arrêtons juste après le pont au PK 73,5 en rive droite pour déjeuner et il recommence à pleuvoir. Le canal Latéral à la Loire est triste et monotone, il ne traverse pas les villages, et en plus le temps n’est pas avec nous. A 13h00 nous repartons et le plaisancier Allemand nous attend à la prochaine écluse. Il se remet à pleuvoir. Nous continuons de concert jusqu’à l’avant dernière écluse que nous passons ensemble, mais je le trémate juste avant pour entrer le premier. Il y a un bief de 10 km jusqu’à la jonction de Nevers et je préfère être devant. A la sortie de l’écluse je peux mettre les gaz. Nous prenons les deux écluses du bras de jonction, seuls, et sommes amarrés au port pour 18h00 sous des saules pleureurs. Nous avons rattrapé notre planning de navigation malgré la bévue du départ. Après dîner, nous avons droit à un concert. Un joueur de cor de chasse est venu s’entraîner derrière la levée de la Loire. On peut comprendre qu’il s’isole, surtout s’il habite en HLM.
Ecluse de jonction pour le port de Nevers Vue générale du port de Nevers Notre bateau au port

18 Mai : nous ne naviguons pas aujourd’hui. Au programme, ravitaillement le matin et visite de la ville de Nevers que je ne connais pas, l’après-midi. Le temps commence à s’améliorer et nous profitons d’un soleil bien agréable. Le soir, nous avons droit de nouveau à notre concert de cor de chasse.
Le pont sur la Loire pour rejoindre la vieille ville La Loire vue du pont Le château

L'ouverture des portes de l'écluse sur la Loire 19 Mai : ce matin, le temps est au beau, le soleil brille et nous repassons les deux écluses de la jonction à trois bateaux. L’allemand, devant nous sur un bateau de location n’est vraiment pas doué. C’est facile d’identifier les nationalités de bateaux de location car pour la plupart, ils mettent les couleurs de leur pays. C’est une pénichette et il se traîne. Le troisième bateau est un propriétaire de nationalité Suisse. Nous naviguons ensemble mais nous rejoignons un second bateau de location pour passer l’écluse de Jaugenay. Il n’y a que trois places et nous perdons notre bateau Suisse. Nous nous arrêtons pour le déjeuner après l’écluse de Uxeloup au PK 85, en rive droite juste après le pont. Nous attendons à l’écluse suivante puis nous passons seuls. Nous sommes de nouveau obligés d’attendre à Abron pendant 30 minutes et notre Suisse du matin nous rejoint.
Coucher de soleil sur la Loire Nous rencontrons enfin un pécheur « irascible ». Cela me manquait un peu car c’est le premier depuis le départ.
Nous prenons enfin l’écluse de jonction avec la Loire en direction de Decize. En sortant je mets les gaz immédiatement et je serre ma droite car le courant est très important. Je navigue ainsi sur la Loire jusqu’à la halte fluviale sans eau ni électricité mais je peux m’en passer. Nous sommes amarrés « quai des Courlis » à 16h30.
Nous profitons de la fin de l’après-midi pour visiter Decize, charmante petite ville dont j’avais comme souvenir mon passage en 1997 lors de ma première croisière sur le canal Latéral à la Loire.

Le canal du Nivernais 20 Mai : nous partons pour prendre le Nivernais peu avant 09h00. J’ai vérifié la vitesse du courant sur cette partie de Loire, mais cela va, juste 2 à 3 km/heure. Le ciel est un peu nuageux, mais la température est douce et le soleil brille. Nous passons la première écluse puis nous somme coincé par un anglais qui démarre juste sous notre nez quand il nous aperçoit, pour prendre la seconde place dans l’écluse. Le ponton d’attente est envahi par les herbes et je suis un peu inquiet quand viendra l’heure de repartir. En fin de compte tout se passe bien et nous prenons l’écluse de Vauzelle à 10h00. Renseignement pris auprès de l’éclusier, c’est bien « un enfoiré » qui avait prévu de partir pour 10h00 et non à 9h30 quand nous sommes arrivés. Le « fair play » britannique se perd. Juste avant Cercy-la-Tour, nous rattrapons notre bateau anglais qui se positionne pour se mettre au milieu du ponton. Je pousse les gaz et manœuvre sous son nez pour l’obliger à avancer et me laisser une place. Il est seul à bord et je le laisse tout à sa manœuvre sans lui prêter assistance. Il ne faut pas exagérer tout de même. Il est 13h00 et nous déjeunons tranquillement avant d’aller visiter les environs.

Cercy-la-Tour et sa Vierge 21 Mai : le ciel est bleu, il n’y a pas de vent et la température est de 22°. Normal que le temps se mette au beau, c’est notre dernière journée. L’écluse est commandée pour 9h00. Nous serons deux à écluser, nous et notre bateau Suisse que nous avons retrouvé. Nous suivons donc notre Suisse qui avec son tirant d’eau de 1,2m soulève de la vase en permanence. Pour moi avec 80 cm, je n’ai pas de problème. Nous croisons un « Locaboat » avalant à Moulin d’Isenay. Une des dernières écluses de notre périple Si il doit rejoindre sa base de départ pour ce soir, il n’a pas de temps à perdre, car il doit aller jusqu’à Dompierre.
Nous ne trouvons pas l’entrée du port de Pannecot car il est très mal indiqué et nous continuons notre route Nous nous arrêtons dans l’écluse d’Anizy pour déjeuner avec nos amis Suisse et leur bateau Irchel. Vers 13h30 nous repartons et continuons notre montée vers Châtillon sous le soleil. Nous nous amarrons en marche arrière au port, sans aide et malgré le vent. La croisière s’achève demain matin et il faut laver le bateau avant de le rendre.

Châtillon en Bazois Le canal du Nivernais est un superbe canal, mais avec une haureur d'eau de seulement 1,2m, c’est limite pour beaucoup de nos bateaux.
A l’heure où j’écris ces lignes, nous sommes fin octobre 2010, un journaliste facétieux annonce une profondeur maximum de 2,5m pour le canal du Nivernais (Moteur Boat numéro 251). C’est peut-être vrai entre Vermenton et Clamecy, mais à mon avis, il serait prudent de faire régler le sondeur de son bateau.


Pour notre bateau, « le Bleuet » j’ai quelques récriminations à faire aux Canalous :
- l’indicateur d’angle de barre est HS, pas grave
- la résistance du ballon d’eau chaude ne fonctionne pas, un peu plus grave
- il est impossible de lâcher la barre quelques secondes, le bateau se met à faire ce qu’il veut vers la droite ou vers la gauche. Il faut compenser en permanence.
Je pense à du jeu dans le safran et ça c’est très grave, surtout pour un pilote néophyte. Ce bateau était très fatigant à piloter. J’ai été habitué à plus de sérieux de la part de ce loueur. A la prochaine croisière, peut-être.



Les Canalous
Tourisme à Nevers