Bienvenue sur Plaisance et Plaisanciers

Le canal de Bourgogne
LE VIRUS
Pour lancer l'affichage, cliquer sur les photos

L’origine de l’infection : quelle est l'origine de ce virus, je n'en ai aucune idée? Sans doute cela était-il inscrit dans mes gènes. Tout ce que je sais, c'est qu'il y a très longtemps que j’ai commencé à piloter des bateaux, enfin quand je dis « bateaux », soyons honnête, il s’agissait plutôt de barques, jusqu’à environ 6,5 m de long. C’était facile avec un moteur hors-bord de moins de 10 Cv., pas besoin de permis à cette époque. Quel plaisir quand le matin, sur une rivière ou un lac, je voyais le soleil se lever en attendant que le poisson veuille bien mordre. Et oui, en plus, je suis pêcheur. La Seine

Le virus se réveille : cela faisait quelques années que je disais à mon entourage que j’aimerais bien passer mon permis « bateau ». Un jour, au printemps 1996 pour être précis, suite à la lecture de la revue de mon comité d’entreprise qui proposait des facilités pour passer ce fameux permis, je pris ma décision. Je me suis donc inscrit pour le permis côtier qui autorisait une navigation jusqu’à 5 miles nautiques d’un abri (maintenant c’est 6 miles d’un abri). Un peu inquiet quand même sur le contenu de cet examen et vu mon âge, j’avais 43 ans, je me mis donc à suivre les cours théoriques et pratiques. Un mois plus tard, du premier coup, je décrochais ce fameux sésame. Dans la foulée, je décidais d’enchaîner sur le permis rivière. Quand vous avez le permis côtier, vous ne passez que le code pour la rivière. Cela vous donne le permis C (Coche de Plaisance) et S (Bateau de sport au-delà de 20 km/h).
Tarpon 42 Cette même année une autre découverte, à la librairie d’une grande surface, allait orienter mes choix futurs en matière de loisirs. Il s’agissait de la revue « Fluviale » qui, comme son nom l’indique, parlait de navigation intérieure sur les canaux et les rivières de notre beau pays. L’idée me vint pour l’année suivante de louer un bateau. Les questions « quand », « quoi » et « ou » furent traiter après ma première visite au salon nautique de la porte de Versailles. Ce sera un Riviera 920 (9,2 m de long) début mai 1997, sur le canal Latéral à la Loire, pour un week-end. Ce choix se révèlera judicieux. En effet ce bateau est facile à piloter et sur un canal il n’y a pas de courant, de plus on s’arrête presque ou l’on veut. Je dis presque, car souvent vu l’état des berges…. Un bateau habitable de 9,2 m, ce n’est pas une barque, et il vaut mieux faire simple quand on commence, surtout que le permis ne vous prépare pas à ce genre de pilotage.
Ce fut une magnifique expérience qui réveilla le virus qui sommeillait en moi.

Tarpon 37 Le virus se multiplie : l’année suivante en 1998, autre location, une Pénichette 1120 (11,07 m) sur le canal de la Somme pendant 3 jours. L’augmentation de la taille du bateau s’explique par le fait que sur le Latéral à la Loire, nous étions 2 couples, donc 4 personnes, mais sur la Somme, ma sœur se joignant à nous, cela faisait une de plus. Une autre expérience, car, par endroit, il y a du courant et le pilotage du bateau est légèrement différent. Il faut toujours accoster face au courant.
En 1999, passage en rivière avec une location sur la Marne pour une semaine. La taille du bateau augmente encore car mes parents nous rejoignent. Quand je dis nous, il s’agit bien sûr de la même équipe. Mon choix se porte alors sur un Tarpon 42. C’est un superbe bateau de 12,90 m de long par 4,2 m de large avec 4 cabines, un grand carré et deux postes de pilotage. On n’est plus dans la même catégorie. Le bateau est beaucoup plus lourd et l’anticipation, surtout quand il y a du vent, est systématique. Suivront ensuite la Saône aval en 2000 et la Saône amont en 2001 depuis Pontailler-sur -Saône, toujours avec un Tarpon 42.
En 2005 ce fut la Mayenne, avec encore un Tarpon 42. Et enfin nous avons fait en 2010 notre dernière croisière en location sur un Tarpon 37 de Digoin à Châtillon-en-Bazois sur le canal du Nivernais. Quand on aime, on ne change pas. Vous aurez noté une interruption de mes locations entre 2001 et 2010. Que s’est-il passé pendant cette période?

Le virus m’a vaincu : depuis quelques années, je louais, et l’idée de devenir propriétaire m’a complètement envahi, surtout qu’après le permis rivière, j’avais enchaîné avec le permis Hauturier et les deux Certificats restreints de radio téléphonie « mer et rivière » pour pouvoir utiliser une VHF (obligatoire pour traverser Paris).
A vendre à Strasbourg Ce certificat n’est plus nécessaire aujourd'hui pour l’utilisation d’une VHF portable de puissance maximum 5W et non ASN (Appel Sélectif Numérique). Mes finances aidant, je décidais de franchir le pas. Après de nombreuses recherches sur Internet, je définissais mon cahier des charges pour un budget total de 80 000 €. Je voulais une vedette hollandaise en acier de 11 m, avec deux postes de pilotage et une immatriculation maritime en quatrième catégorie mer. La lecture des petites annonces sur Fluvial et surtout mon incompétence ne me permettant pas de choisir, j’optais pour un contrat de courtage. Ce choix s’était imposé à moi après discussion, au salon nautique, avec la société Koejac basée à Strasbourg. De plus le hasard m’avait fait rencontrer un couple, à Ray sur Saône, qui avait eu la même démarche avec la même société et était en train de ramener leur bateau acheté en Hollande. Ces gens très charmants m’avaient expliqué tout leur périple et avaient apporté quelques réponses à mes nombreuses interrogations.
Rendez-vous est donc pris en Août 2001 avec la société KOEJAK, pour la signature d’un contrat. L’objectif est de se rendre en Hollande en Octobre pour trouver le bateau de mes rêves. Sur place, j’en profite pour visiter quelques bateaux proposés à la vente.

Aucun vaccin connu à ce jour : avec un budget de 80 000 €, on peut acheter une résidence secondaire (en 2001) me direz-vous. C’est vrai et c’est ce que j’ai fait, mais la différence est que cette résidence est mobile. Je suis à trois jours de navigation du Havre et mon port d’attache est à 20 minutes de mon domicile.
Le Carpe Diem en Hollande Bien sûr le coût d’entretien est un peu plus élevé, je n’ai pas de terrain et ce n’est pas une valeur refuge comme « la pierre », seulement ce choix est l’accomplissement de mon rêve et aucun antidote n’est connu à ce jour pour empêcher les gens de rêver, quel que soit leur âge.

Je vous invite à visiter mon site ou vous découvrirez toutes mes croisières, que ce soit en location ou en tant que propriétaire, en rivière ou en mer, mais aussi le partage de mon expérience et la découverte du « CARPE DIEM » dans le nord de la Hollande, puis de son remplaçant, le Harriet, à Strasbourg. Peut-être nous rencontrerons-nous, un jour, sur un ponton. Si c’est le cas, cela nous permettra peut-être d’échanger sur les « rêves » que nous faisons et qui parfois se réalisent.

Europe Boat Trading, ex Koejac
Permis mer
Permis fluvial
Mise à jour le 01-Jui-2016