Plaisance et Plaisanciers

Quel budget et combien coûte un bateau ?


Quel est le prix de revient d’un bateau ? Est-ce plus cher qu’une résidence secondaire ? Vaste sujet et c’est une bonne question à laquelle il n’est pas facile de répondre car le nombre de rubriques est important. De plus les coûts sont proportionnels à la taille du bateau, à son âge, à son état et à vos compétences. La première dépense sera l'achat du bateau de vos rêves. Ensuite, je ne veux pas vous faire peur, mais en voici une longue liste non exhaustive, pour l’entretien, l’exploitation et la préservation votre bateau.




Nous allons commencer par les coûts fixes qui augmentent tous les ans :

- le prix de votre port d’attache en fonction de la longueur, à l’eau ou à sec (en général à l’année). Le coût sera réduit si le bateau est sur une remorque dans le jardin car vous n’aurez que le montant des mises à l’eau à payer,
- le prix de l’assurance (en général entre 1 et 2 % de la valeur du bateau),
- le prix de la vignette plaisance VNF (Liberté achetée avant le 31 mars de l’année en cours : 17% de réduction) en eau intérieure en fonction de la longueur : 390€ en 2017, 394€ en 2018, 399,70€ en 2019 et enfin 405.80€ en 2020 pour le Harriet (moins cher si vous prenez un forfait différent),
- bonne nouvelle, il n'y a plus de taxe à payer pour la VHF mais elle doit être déclarée à l'ANFR,
- le prix de la taxe de francisation, sur la coque et sur le moteur si vous êtes immatriculé en mer. En dessous d'un certain montant elle n'est pas recouvrable. Pour le CARPE DIEM c’était gratuit mais pas pour HARRIET (257 € en 2018, 2019 et en 2020).



Quels sont les coûts variables ?

- la révision de la mécanique (moteur, inverseur, commande de barre, etc. …). Pour le chapitre mécanique, je préfère passer par un professionnel, même si je suis capable de faire le même travail, car il aura un œil neuf sur la mécanique, alors que moi, je m’habitue aux bruits des moteurs quand ils fonctionnent.
- l’entretien extérieur (peinture et vernis pour un bateau acier),
- l’entretien intérieur (vernis des boiseries),
- les sorties d’eau pour inspection, réparation ou entretien. Ce coût devient prohibitif en région parisienne : 900€ pour sortir le Carpe Diem en 2011 (12 tonnes) mais seulement 525 euros, aussi en 2011, pour une sortie/remise à l’eau, assurance et calage à terre du Harriet (16,5 tonnes) à Rouen à côté du Port St. Gervais (une journée passée sur un ber),
- l’antifouling pour protéger votre coque des algues et autres coquillages (intervalle variable en fonction de votre programme de navigation, eau douce, eau salée ou mixte),
- l’obsolescence du matériel de sécurité, l'évolution de la réglementation (fusées, révision survie, extincteurs, ...),
- les réparations nécessaires ou le remplacement d'équipements. Ne s’use que si l’on s’en sert, vous connaissez?
- l'usure normale due à l'utilisation (les batteries par exemple),
- les améliorations que vous ne manquerez pas de faire.



Pour finir, les coûts de navigation :

- le gazole ou l’essence en fonction de votre consommation, de vos croisières et de vos équipements (annexe, groupe électrogène),
- le gaz pour la cuisine et/ou le chauffage,
- le prix des piles pour certains équipements,
- le prix des nuitées dans les ports, quelquefois on se croirait sur la côte d’Azur en plein centre de la France,
- le prix des douches si celui-ci n'est pas compris dans le prix des ports, pour éviter de vider votre réserve d'eau potable,
- le prix du « Lavomat », si vous voulez laver vos affaires et n’avez pas de machine à laver à bord,
- les sorties "Restaurant", car c'est tentant quand on s'arrête juste à côté,
- la clé 3G ou 4G pour Internet car il n’y a pas le WIFI dans tous les ports ou alors vous êtes trop loin de l'antenne. Mais vous pouvez aussi utiliser votre téléphone portable en mode "modem" si votre abonnement est suffisant (nombre de Giga),
- le coût du téléphone portable si vous utilisez une carte prépayée. Quelquefois c’est la seule solution pour contacter un ouvrage ou demander une information à une administration comme VNF et alors là, cela coûte très cher car vous n’avez jamais le bon numéro ou la bonne personne du premier coup.



Coût d’exploitation du Harriet

Si je prends le cas du Harriet, la facture s’élève, en moyenne annuelle entre 5000€ et 6000€ par an, pour un bateau en acier de 12,6 m immatriculé mer (bimoteurs 2 x 200 CV), mais je suis très bricoleur (assurance, port, taxes, révision mécanique, matériel de sécurité). Cette dépense représente moins de 500 € par mois en moyenne (confirmée depuis 2015, hors coûts de navigation). Psychologiquement, ce chiffre est plus acceptable. Il est bien entendu nécessaire d’y ajouter le prix du carburant et des nuitées dans les ports. Je fais environ 120 heures (moteurs) par an et je ne consomme que 8 litres à l'heure (par moteur) en navigation mer ou rivière et moins de 5 litres en rivière.
Mais, pour faire refaire la peinture du bateau en bi-composants, œuvres vives et œuvres mortes, (celui-ci a été construit en 1989), traiter quelques problèmes de corrosion, faire une révision générale de la mécanique, il m’en a coûté environ 34 000€ en 2016 dans un chantier. En 2019, pour traiter un problème de pompe d’injection sur le moteur bâbord, la facture s’est élevée à près de 5000€.


A cette longue liste de coûts, il convient d’ajouter la dépréciation du bateau avec le temps, sachant que cette dépréciation sera plus ou moins importante en fonction de la qualité d’entretien que vous apporterez à votre bien (ce n’est pas comme pour une maison). De plus, il faudra aussi ajouter les coûts financiers de votre achat (comptant ou crédit). Vous pouvez aussi comptabiliser vos cartes de membre dans des clubs ou associations (ANPEI, SNSM, ...).



Pour faire baisser la facture

Si vous êtes bricoleur vous pourrez réduire la facture en prenant à votre charge quelques travaux et ne faire appel à des professionnels que dans des cas bien précis. Quand je dis bricoleur, voici la longue liste des métiers que vous serez amené à exercer pour l’entretien de votre bateau :
- mécanicien,
- électricien,
- électronicien,
- informaticien (pour le PC du bord),
- peintre,
- menuisier,
- plombier,
- chaudronnier si besoin (bateau acier),
- technicien en matériaux composites si besoin (bateau en résine composite),
- couturière (si vous avez des rideaux, des coussins),
- technicien de surface (il faut laver le bateau de temps en temps),
- manœuvre (si vous êtes le mousse et madame le Capitaine),
- … .



Un site pour vous aider : mécanique-bateau.com

Le site a pour but de rendre service à tous les plaisanciers qui n’ont pas toujours les connaissances nécessaires pour se dépanner en mer, faire l’entretien de leur moteur ou encore de pouvoir détecter un problème mécanique à venir. Des vidéos montrant pas à pas comment démonter, entretenir, remplacer et vérifier les principales pièces du moteur seront bientôt en ligne ainsi que des cours de navigation portant sur les instruments électroniques, les cartes ECDIS, le matériel de sécurité ainsi qu’une grosse section Radio SMDSM. Des Conseils et tests sous forme d’articles sur les points essentiels à surveiller sur un bateau. L’inscription se fait par l’intermédiaire du forum du site.



En Conclusion

Si le bateau est habitable, pour les vacances, pas de loyer type location appartement ou villa. De plus le budget voiture s’en trouvera diminué. Pas ou peu de carburant et pas d’autoroute. Par contre si le bateau est sur une remorque, ...
Certes, le prix d’un bateau est élevé, c’est vrai, mais c’est le prix à payer pour vivre nos rêves. Quelquefois, c'est un choix de vie. Certains vendent leur maison pour acheter et vivre sur un bateau.
Attention toutefois à ne pas viser trop haut, en particulier si vous n’avez pas les compétences nécessaires. Trop de bateaux finissent par être abandonnés dans les ports, ou ne naviguent jamais.

Mais malgré tout, comme je le disais plus haut, c'est un choix et quel plaisir quand on est sur l’eau. Ceux qui ont attrapé le virus me comprendront.




BIENVENUE sur mecanique-bateau.com
La vignette VNF
Francisation d'un bateau et Droit annuel de francisation et de navigation
Agence Nationale des Fréquences
Retourner en haut