Plaisance et Plaisanciers

Mes locations de 1997 à 2000 (Latéral à la Loire, Somme, Marne et Saône)


N’ayant acquis un appareil photo numérique que fin 2000 (pour Noël) j’ai peu de photos de ces locations.


Sur le canal latéral à la Loire de Plagny à Decize en 1997

Après avoir passé mon permis côtier, puis mon permis rivières (C & S) en 1995, j’ai fait ma première location d’un bateau habitable en mai 1997 sur le canal Latéral à la Loire, au départ de Plagny, pendant un week-end de deux jours. Mon choix s’est porté sur un Riviera 920 (bateau de 9,2m par 3,4m). C’est un bateau très maniable parfait pour débuter.
Nous étions 4 à bord et son équipement était parfait. Premières vedettes nées au chantier Nicols, les bateaux de la Gamme Riviera sont réputés pour leur maniabilité. Idéaux pour une première croisière, ils offrent des chambres confortables, un séjour avec toit ouvrant pour déjeuner au soleil, et un compromis idéal entre le confort à bord et des prix attrayants !
Cette information disponible chez Nicols, notre loueur, est tout à fait vraie. Le choix du canal est aussi important lorsque l’on débute, car il n’y a pas de courant et l’on peut s’arrêter presque ou l’on veut.
Nous avons fait le parcours aller/retour de Plagny à Decize. La météo, autant que je me souvienne, était parfaite puisque nous avons été obligés d’acheter des produits solaires à Decize, charmante petite ville du Val de Loire.
Merci au personnel de la base qui nous a fait faire une prise en mains du bateau avec beaucoup d’explications avant de nous laisser partir. Le parcours est très attrayant pour qui aime la nature, car le canal serpente entre bois, forêts, prairies et petits villages. La distance parcourue ce week-end fut de 70km avec 16 écluses (8 à l’aller et autant au retour). Ce parcours est vraiment idéal pour débuter.



Sur la Somme de Cappy à Samara (en aval d’Amiens) en 1998

Cette seconde location, en 1998 pour un week-end de trois jours, nous permis de découvrir cette rivière qu’est la Somme, au départ de Cappy et en direction d’Amiens. Je dis rivière car le courant par endroit y est important.
L’accueil, et la qualité du service furent appréciés de tous. Cette année-là, ma sœur s’est jointe à nous si bien que mon choix se porta sur une pénichette de 11m avec 3 cabines.
Notre croisière nous conduisit jusqu’à Samara puis retour à la base. Cappy est un village situé sur les bords de la Somme, dans une splendide zone marécageuse qui fait le bonheur des chasseurs au gibier d’eau et de très nombreux pêcheurs. Vous y découvrirez un pont-levis enjambant le canal de la Somme et une Chapelle datée de 1721.
Cappy est mentionné dès 877 : "Capiacum".
Son étymologie "Caput Loci" indique que très tôt il exista ici une forteresse pour défendre le passage de la Somme. Ce village aujourd’hui, cette ville autrefois, faisait partie des vingt-cinq villes de Picardie à avoir leur charte communale et qui rendirent leurs comptes particuliers à Saint-Louis en 1260. Robert Ier de Péronne en était le seigneur au 10ème siècle. Un prieuré y fut fondé et fut détruit, ainsi que le village et l’ancien château par Warwick en 1373. La ville fut pillée par les Ecorcheurs d’Antoine de Chabannes au 15ème siècle et incendiée par les Impériaux en 1553.


Le seul reproche que je fais à ce bateau concerne son aménagement intérieur. Pour séparer les deux zones de couchage au milieu, il y a seulement un rideau, de plus le couple d’hélice est faible.



Sur la Marne de Meaux à Château-Thierry en 1999

L’année 1999, notre destination fut la Marne entre Meaux et Château-Thierry, au départ de la base Marne Loisirs à Meaux (par France Passion Plaisance). Le récit de nos croisières précédentes ayant eu du succès, l’équipe de cinq personnes que nous étions passa à sept.
Pour accueillir tout ce monde en croisière dans de bonnes conditions, mon choix se porta sur un Tarpon 42 en mini semaine de 4 jours, du lundi au vendredi. Mon premier contact avec ce bateau ne me laissa pas de bons souvenirs. Le Tarpon était ancien, impossible à piloter de l’intérieur avec le soleil de face car le plexiglas du pare-brise était rayé et parsemé de craquelures. Heureusement, nous avons eu beau temps. De plus l’accueil à la base fut désastreux. On avait l’impression de déranger. Il a fallu parlementer pour avoir des amarres dignes de ce nom. Celles présentes sur le bateau faisaient à peine 6 m pour un bateau de 13 m.
L’inventaire n’était pas complet, pour 7 personnes (à peine 50%), etc. Pas beaucoup d’explications sur le fonctionnement et pas de prise en main. Cette base était fermée à mon dernier passage en 2005, ce qui ne m’étonne pas à la vue de la qualité de service. C’est dommage car elle est très proche de Paris et le parcours est intéressant.




Sur la Saône de Pontailler-sur-Saône à Verdun sur le Doubs en 2000

En 2000, la croisière choisie part de Pontailler-sur-Saône jusqu’à Verdun sur le Doubs. Notre bateau est de nouveau un Tarpon 42 et l’équipage le même que pour la Marne. La différence importante à noter concerne notre loueur, les Canalous. Aucun rapport avec Marne Loisirs. Un accueil chaleureux, un bateau en parfait état et complètement équipé.
Le temps est avec nous, il fait beau pour découvrir cette magnifique rivière et les villes d’Auxonne et de Saint-Jean-de-Losne.
Il est juste à regretter que sur le parking de la base, seules nos voitures sont immatriculées en France. Toutes les autres proviennent d’Allemagne ou de Suisse.
Quand les Français feront ils la différence entre « Plaisance et Fric » ?







Les Canalous
Locaboat
Nicols
Retourner en haut